Archives mensuelles : novembre 2018

Le calendrier républicain et la Géologie

 

Le 21 septembre 1792, la Convention Nationale proclame la 1ère République et adopte le principe d’un nouveau calendrier qui devra s’affranchir de la monarchie et du christianisme. Il entre en vigueur le 15 vendémiaire an II (), mais débute le 1er vendémiaire an I () jour de l’équinoxe d’automne. Ce calendrier fut aboli par un senatus-consulte pris lors de la séance du Sénat le 22 fructidor an XIII qui remis en usage le calendrier grégorien à dater du 11 nivôse an XIV suivant, soit le 1er janvier 1806.

Imaginé par Gilbert Romme député de la Montagne (condamné à mort en 1795 par la Convention qui se suicidera avant son exécution), Marie Joseph Chenier et Philippe Nazaire Fabre d’Eglantine (guillotinés en 1794), le calendrier républicain basé sur un système décimal, comprenait 4 saisons de 3 mois, chacun de 30 jours divisés en 3 décades. Les noms de chaque jour de la décade avaient pour dénomination : Primedi, Duodi, Tridi, Quartidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi et Decadi. Les 5 ou 6 jours supplémentaires (années bissextiles), les « sans culottides » étaient des fêtes républicaines nouvelles : fête de la Vertu, du Génie, du Travail, de l’Opinion…     

Continuer la lecture de Le calendrier républicain et la Géologie 

Nautile, ammonite…curiosités mathématiques

Lorsqu’on observe la coupe d’un nautile ou d’une ammonite, on ne peut éviter d’être frappé par la perfection de leur courbe spiralée.

Jacques Bernouilli (1654-1705), célèbre mathématicien dont les lois sur les fluides font autorité, fut si fasciné par la beauté mathématique de la courbe du Nautilus pompilius qu’il demanda qu’elle soit gravée sur sa tombe, et il l’appela spira mirabilis en raison de son schéma de croissance.

D’Arcy Thompson écrit « Dans la croissance d’une coquille, nous ne pouvons concevoir de loi plus simple que celle qui dit que la coquille doit grandir en largeur et en longueur dans les mêmes proportions invariables; cette loi très simple est celle que la nature a tendance à suivre. La coquille, comme l’animal qui l’habite grandit en taille sans changer de forme. L’existence de cette relation de croissance constante, de cette forme constante, fait partie de l’essence de la spirale équiangle et peut être considérée comme la base de sa définition. »

Y aurait-il quelque harmonie ou quelque relation mathématique dans ces coquilles ?

Lire l’intégralité du texte Nautile, ammonite… curiosités mathématiques rédigé par Jacques Géraud ancien président du club et publié dans le bulletin interne du club – n°44  juin 1998. 

 

 

Grignon, une passion

Ce document est destiné à garder la trace de ce que notre Club a entrepris, comme il en avait pris l’engagement le 18 septembre 1988 auprès du Muséum d’Histoire Naturelle et l’Institut National Agronomique Paris-Grignon, devenu Agro Paris Tech : préserver le site paléontologique mondialement connu, le mettre en valeur et constituer une collection des espèces qui y ont été identifiées.

Que tous ceux qui ont participé à toutes ces actions en soient chaleureusement remerciés, sans l’Equipe fidèle qui s’est peu à peu constituée, a accru et partagé ses connaissances, rien n’eut été possible.  Grignon, une passion (accès restreint).

A tous, merci. Claude Hy