Tous les articles par administrateur

1976-2020 Historique du Club

1. Création de la structure nationale du Club Géologique

Le mouvement associatif a conquis, dans les années 1970, un droit de cité que personne ne saurait contester. C’est ainsi qu’au sein de La Poste et de France Telecom plus de 1500 associations de personnel, tant nationales que régionales et départementales, ont vu le jour. 

Ces associations ont pour objet les domaines les plus divers : la prévoyance et la solidarité, les activités sportives et de loisirs, les activités culturelles, les activités économiques et de restauration… 

C’est dans cette dynamique que s’est constituée en 1976, sur l’initiative de François Bernardini, la structure nationale du ‘Club Géologique la Poste France Telecom et leurs filiales’, Association régie par la Loi de 1901, dont l’objet est l’étude de la structure du globe et de son histoire. Statuts actuels.

Les activités de cette structure nationale sont tournées vers 3 disciplines :

La Minéralogie (Etude des roches, des minéraux tant amorphes que sous forme cristalline), la Paléontologie (Etude des fossiles, restes d’organismes animaux ou végétaux), la Préhistoire (Etude de l’origine et de l’évolution de l’homme à travers les restes fossiles, les outils, armes, objets manufacturés, constructions…) 

Le volet pédagogique de ces 3 disciplines est appréhendé par des sorties in situ (carrières, affleurements, bords de mer…) -la recherche est organisée tant dans la région parisienne qu’en province voire à l’étranger-, par la visite de musées, d’expositions, de bourses d’échanges et toutes manifestations susceptibles d’enrichir les connaissances.

L’organisation d’expositions est également assurée à partir de d’objets issues des collections personnelles des adhérents et parfois avec l’appui de contributeurs externes institutionnels ou privés. Dans les années 80, le Club National organise une dizaine d’expositions à Paris. Exposition en 1987 au Foyer PTT de Paris 18ème (voir rubrique Expos).  

François Bernardini fut le premier président de cette structure nationale. En 1976 le CA était composé de Michel Ridet, Claude Lajeunie, Francis Puig et Arlette Gabelataud. Les présidents suivants seront Michel Ridet, Daniel Coutier, Luc Delporte et JL Vercruysse, l’actuel Pdt.

Ce Club national fédère progressivement 9 sections régionales : Aquitaine, Auvergne/Limousin, Bretagne, 3 sections parisiennes, Languedoc/Roussillon, Nord, Nantes/Pays de Loire, Provence/Cote d’Azur, Rhône Alpes/Dauphiné. En 2019 les sections Bretagne, Languedoc/Roussillon et Nord n’existent plus. En 2017, les 6 sections actives regroupent 280 adhérents (30% origine Poste, 30% origine Orange et 40% Extérieurs).

Continuer la lecture de 1976-2020 Historique du Club

Une flânerie dans le temps

Le mercredi 6 Février 2019, le Club Géologique a organisé, dans le hall du Club Musical et de la Compagnie du Message, une présentation de ses activités à l’attention des membres de ces deux clubs qui se rendaient à leur activité.

Cette présentation avait été annoncée par voie d’affiches, l’installation de deux vitrines dans ce hall un mois à l’avance ainsi que par des mails adressés par nos partenaires à leurs adhérents.

Hélène, Renée, Daniel, Michel, Gabriel et Jacques étaient présents pour parler des activités du club et répondre aux questions des visiteurs. 

Trois activités étaient représentées :

Paléontologie (Daniel, Jacques): observation de microfossiles et de sables à travers une binoculaire et présentation de divers fossiles du Bassin Parisien (Grignon, Chaumont en Vexin). Une boite de fossiles de Grignon (Lutétien) et une boite d’oursins de Mortagne dans le Perche (Callovien) étaient à disposition des visiteurs.

Pétrographie (Hélène, Renée) : Plusieurs lames minces en provenance des volcans d’Auvergne (Chaîne des Puys) étaient proposées à la lecture à travers le microscope polarisant. Ces lames et les échantillons correspondants ainsi que deux panneaux et un document explicatifs avaient été mis à disposition par Dominique Rossier de la Saga (Société Amicale des Géologues Amateurs).

Préhistoire (Gabriel) : différents outils et objets de la préhistoire (Néoloithique et Paléolithique) étaient présentés et commentés.

De nombreuses personnes se sont arrêtés sur notre stand dont 45 enfants d’un centre aéré de la Ville de Paris emmenés par leurs animateurs dont une adhérente du Club Musical. Michel a quant à lui fait visiter l’atelier et présenté les vitrines de l’exposition.

Merci au Club Musical, à la Compagnie du Message et à la Saga pour leur appui. Ce fut un grand plaisir pour toute notre équipe de partager son enthousiasme et ses connaissances, et de répondre à la curiosité des petits et des grands.

Brigitte, Michèle, Martine, Deborah et Patrick nous ont fait l’amitié de nous rendre visite.

Réunion publique sur l’avenir de Grignon

Grignon - La porte principale - Photo Archives dépt YvelinesGrignon - Le château. Carte postale collection Maryse Le Gal

Organisée par le Collectif pour le Futur du Site de Grignon (CFSG), animée par Ph. Lescoat professeur AgroParisTech, en présence de R. Lucet maire de Thiverval-Grignon, P. Loisel président de l’APPVPA, maire de Feucherolles, membres élus du conseil d’administration d’AgroParisTech, l’association Arbre de fer, le Club géologique d’Île-de-France (c’est Xavier qui représentera le Club), l’association Patrimoine AgroParisTech Grignon 2000 et d’autres invités :

« L’AVENIR DU SITE DE GRIGNON se joue début 2019 avec la mise en vente du domaine  intramuros par l’État »
Mercredi 12/12/18 à 20H00 dans l’amphi théatre d’AgroParisTech  
       1 Ave L. Brétignières – 78850 THIVERVAL -GRIGNON

Affiche pour la réunion publique et lettre n° 7  du CFSG

Volcanisme en mer Egée

JP Cadet et son auditoire

Ce samedi 1er décembre, à l’initiative de Suzette et Henri Mulleman (Pdt du Cercle Quercynois des Sciences de la Terre, membres du Club) la conférence sur le volcanisme en mer Egée a été l’occasion d’un beau brassage de passionnés de géologie : collègues informés par le Portail Malin, adhérents de l’association LAVE (l’Association Volcanologique Européenne) et son délégué IdF Norbert Choisi, élèves du cours de Géologie de M. Besombes à l’Association Philotechnique, Jean Paul Cadet (ancien professeur de géologie structurale à l’université Pierre & Marie Curie) et membres du Club. En tout une quarantaine de personnes pour écouter les différents intervenants : 

1- La tectonique de la mer Egée présentée par Jean-Paul CadetDurant le Crétacé (-145Ma/-65Ma), la séparation entre les plaques américaines et africaines a créé une rotation de la plaque africaine et la fermeture de la Théthys. Les mouvements ont entraîné la collision entre les plaques européennes et africaines avec la création des Alpes et l’ouverture de la méditerranée. La subduction de la plaque africaine sous la plaque eurasienne et la prise en étau de la plaque anatolienne provoquent une zone de contraintes qui créent les conditions propices à l’émergence d’un arc d’îles volcaniques dans la mer Egée, notamment Santorin dont l’éruption réputée dater du 17ème siècle BP pourrait avoir détruit la civilisation minoenne de la Crête et avoir affecté jusqu’à l’Égypte (décrite dans la bible par les plaies de l’Egypte). Cependant, la plus forte explosion volcanique de la méditerranée a été celle de Kos il y a 161000 ans. Support de la présentation de JP Cadet.

2- L’arc volcanique Egéen et parcours de voyages présentés par Suzette et Henri. Ils parcourent la Grèce depuis 10 ans et ont commenté les sentiers des volcans avec cartes, photos, videos le long de l’arc volcanique partant de Sousaki, puis Egine, Methana, Poros, Milos, Santorin, Nisyros, Kos. Avec notamment à Nisyros l’itinéraire dans une caldeira de 4km formée par une explosion gigantesque il y a 6000 ans. La vidéo de la descente au fond du cratère de Stephanos rappellera par ses bouillonnements et fumées la place de Nisyros dans les volcans actifs ; également un zoom particulier sur l’intérêt géologique de l’ile de Milos dont le médecin Hippocrate relatait déjà les vertus thérapeutiques des sources chaudes.

3- En clôture, Norbert Choisi qui s’est rendu sur 20 volcans actifs nous conte quelques-unes de ses pérégrinations pour l’observation d’activités volcaniques en différents endroits du monde notamment celle du volcan dukono en Indonésie.

La séance continuera par une dégustation de µпαKλαβά (baklava grecque) faite par Henri et d’autres pâtisseries confectionnées par les participants puis par la visite de l’atelier et du hall d’exposition.

Changement de classe !

Ca s'arrose !
   Gastéropode ?        Ça s’arrose !

Des squelettes humains préhistoriques, longtemps attribués à des hommes, ont été récemment ‘requalifiés’ en squelettes de femmes.

Il s’agit notamment du squelette humain Magdalénien découvert par Marcel Blanchard en 1934 dans la grotte de St Germain la Rivière (Gironde, France), attribué à un homme, qui vient de faire l’objet d’une révision de sexe.  La conclusion de l’étude (voir biblio) menée en 2002 indique : « Cela signifie que, si le dimorphisme sexuel des populations du Paléolithique supérieur ne diffère pas de celui de l’ensemble des populations actuelles, ce qui est vraisemblable en raison de leur identité taxonomique, le spécimen de Saint-Germain-la-Rivière est statistiquement féminin avec un risque d’erreur négligeable. Le réexamen des os coxaux du squelette de Saint-Germain-la-Rivière selon deux méthodes, la première morphologique, la seconde morphométrique dont la fiabilité très élevée a été testée par ailleurs confirme de manière certaine I’attribution de ce spécimen à une jeune femme adulte ».  

     Squelette Magdalénien – Saint Germain la Rivière
     Dame du Cavillon – Musée de l’homme

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Changement de classe !

Exposition Poterne 2018

 

Actuellement, le hall d’entrée de la Poterne est meublé par 16 vitrines thématiques où sont exposés des minéraux – certaines pièces sont assez exceptionnelles – , des fossiles, des récoltes de fouilles, des moulages d’objets préhistoriques…Située sur le passage des nombreux visiteurs de la maison des Associations de la Poste, cette exposition est une magnifique façade pour le Club. Aujourd’hui 13 de ces vitrines bénéficient d’un éclairage intégré. C’est l’occasion de les découvrir. Voici un aperçu photographique… pas encore complètement exhaustif. 

Remerciements à Daniel et Michel, les artisans des éclairages de 13 vitrines. Travail qui a demandé beaucoup de patientes et minutieuses recherches pour trouver et adapter le matériel électrique. Le résultat est saisissant !

Le calendrier républicain et la Géologie

Le 21 septembre 1792, la Convention Nationale proclame la 1ère République et adopte le principe d’un nouveau calendrier qui devra s’affranchir de la monarchie et du christianisme. Il entre en vigueur le 15 vendémiaire an II (), mais débute le 1er vendémiaire an I () jour de l’équinoxe d’automne. Ce calendrier fut aboli par un senatus-consulte pris lors de la séance du Sénat le 22 fructidor an XIII qui remis en usage le calendrier grégorien à dater du 11 nivôse an XIV suivant, soit le 1er janvier 1806.

Gilbert Romme, député de la Montagne, est le rapporteur de la Commission chargée de l’élaboration du nouveau calendrier. Le calendrier républicain basé sur un système décimal, comprenait 4 saisons de 3 mois, chacun de 30 jours divisés en 3 décades. Les noms de chaque jour de la décade avaient pour dénomination : Primedi, Duodi, Tridi, Quartidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi et Decadi. Les 5 ou 6 jours supplémentaires (années bissextiles), les « sans culottides » étaient des fêtes républicaines nouvelles : fête de la Vertu, du Génie, du Travail, de l’Opinion…  Continuer la lecture de Le calendrier républicain et la Géologie

Nautile, ammonite…curiosités mathématiques

Lorsqu’on observe la coupe d’un nautile ou d’une ammonite, on ne peut éviter d’être frappé par la perfection de leur courbe spiralée.

Jacques Bernouilli (1654-1705), célèbre mathématicien dont les lois sur les fluides font autorité, fut si fasciné par la beauté mathématique de la courbe du Nautilus pompilius qu’il demanda qu’elle soit gravée sur sa tombe, et il l’appela spira mirabilis en raison de son schéma de croissance.

D’Arcy Thompson écrit « Dans la croissance d’une coquille, nous ne pouvons concevoir de loi plus simple que celle qui dit que la coquille doit grandir en largeur et en longueur dans les mêmes proportions invariables ; cette loi très simple est celle que la nature a tendance à suivre. La coquille, comme l’animal qui l’habite grandit en taille sans changer de forme. L’existence de cette relation de croissance constante, de cette forme constante, fait partie de l’essence de la spirale équiangle et peut être considérée comme la base de sa définition. »

Y aurait-il quelque harmonie ou quelque relation mathématique dans ces coquilles ?

Lire l’intégralité du texte Nautile, ammonite… curiosités mathématiques rédigé par Jacques Géraud ancien président du club et publié dans le bulletin interne du club – n°44 de juin 1998.