Tous les articles par administrateur

L’échelle chronostratigraphique

La stratigraphie ( du latin stratum : couverture et du grec graphein : écrire ) est la science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, qui se présentent en affleurement sur le terrain, en sondage, en couches distinctes ou en strates.

La chronostratigraphie est une branche de la stratigraphie dont l’objet est l’étude de l’âge des couches (strates) de roches.

Une échelle chronostratigraphique permet de classer chronologiquement les divers événements/étages géologiques qui sont intervenus depuis l’origine de la Terre, il y a 4,55 milliards d’années, jusqu’à nos jours. L’histoire de la Terre a été fractionnée en différentes tranches de temps : éon, ère, période, époque, étage.

Tout d’abord un peu d’histoire pour comprendre les origines de l’échelle chronostratigraphique 

          1. Le principe de superposition

Nicolas Sténon (1638 – 1686) géologue danois fut l’un des premiers à formuler des principes en géologie, notamment le principe de superposition, selon lequel dans une succession sédimentaire les couches récentes recouvrent les plus anciennes.

On doit, en 1760, au géologue italien Giovanni Arduino (1714-1795) d’après ses observations du relief de la Vénétie dans le vicentin (pays autour de Vicence -Vicenza) la décomposition des terrains et de l’histoire de la terre en 4   » ordres  « … accès à la totalité de l’article  échelle chronostratigraphique

Taxonomie et nomenclature

Photo Wikipedia

La taxonomie classe les Animaux et les Plantes en différentes catégories. Elle range tous les êtres vivants suivant les caractères qu’ils ont en commun, des plus généraux (règne) aux plus particuliers (espèce). Tout être vivant connu et étudié sera ainsi nommé, décrit, enregistré et accessible aux chercheurs de toutes origines.

D’autre part, la nomenclature est un système qui consiste à désigner les êtres vivants ou fossiles par un nom latin ou latinisé formé de deux mots, désignant respectivement le genre et l’espèce. Ces normes internationales bien précises sont instituées afin que la compréhension d’un écrit soit facilitée pour tous, quelle que soit l’origine géographique.

Le but de cet article est de tenter d’expliquer quelques règles permettant de mieux comprendre tout cela, sachant que c’est loin d’être simple !

De plus, chaque espèce est nommée, soit, mais il est important de connaître le pourquoi des terminaisons  des taxons que ce soit pour le genre ou pour l’espèce.

Continuer la lecture de Taxonomie et nomenclature 

Daguerre et les fossiles

Cnam/photo Pascal Faligot

 

La lecture de l’article publié dans ‘The conversation – France’ vous permettra de découvrir les conditions dans lesquelles Louis Daguerre réalisa en 1837, à la fois, la première photographie (à gauche) de fossiles exposés au MNHN de Paris dans « la petite salle des fossiles » et ce qui semble être le premier portrait photographique, celui de M. Huet,  graveur qui lui a permis de s’introduire au Museum.

Lien sur l’article « L’histoire fascinante et méconnue du premier portrait photographique » publié le 18 mars 2018 sous la signature de Olivier lhl, Professeur de sociologie historique, Université Grenoble Alpes.  

  Photo : mma, film and media (hmg) 

Portrait de Louis Daguerre – daguerréotype par Pierre-Ambrose Richebourg – 1844

 

Rapport d’activité 2017

Club Géologique de La Poste et Orange, Ile de France

RAPPORT D’ACTIVITÉ 2017

Ce document est le rapport d’activité 2017 du Club Géologique de La Poste et Orange d’Ile de France.
Il s’agit d’un bilan des activités de l’association en 2017, pour ses 3 sections :
• Géologie-minéralogie
• Préhistoire
• Paléontologie
Ce document fait état de la situation financière du club en fin d’année 2017.
Il fait également le point en ce qui concerne l’animation :
• du site internet du club (« la géologie entre amis »)
• de nos pages sur le site internet de La Poste : le « Portail Malin »
Les principaux événements auxquels le club a participé en 2017 font également l’objet d’une description.

L’intégralité de ce document rédigé par Yann Deffontaine, Pdt du club est disponible sur la page CR des réunions.

Promenade d’hiver

Ne vous laissez pas arrêter par le froid ! Venez flâner entre les vitrines du Club à Brillat-Savarin. Voyagez de l’Australie au Brésil en passant par les Indes et … le Tarn. Sans oublier les statuettes préhistoriques, les bois fossiles, les fossiles des Causses, de Normandie, de Grignon et les minéraux de « nature bleue » et « de nature verte ».

Laissez-vous guider par le « Plaisir des Yeux ».

 

Collection de minéraux et photos : Michel Nguyen

 

Les activités à l’atelier de découpe/polissage en 2017

Les ateliers lapidaires (sciage, polissage, moulage, micromontage) du 8 rue Brillat-Savarin  sont toujours très actifs. Ils sont ouverts chaque semaine les mardis et éventuellement en fin de semaine, sous la supervision de Michel Nguyen, responsable de l’atelier et de Jean son adjoint. Chaque membre du club a la liberté d’utiliser les machines pour travailler sur ses propres pièces, ou sur celles appartenant au club.

A raison d’une cinquantaine de séances par an, on peut estimer qu’au moins 200 pièces sont polies, découpées ou dégagées ou montées chaque année. Voici quelques exemples de réalisations 2017.

ECTINOCHILUS CANALIS

Ectinochilus canalis - Grignon
Ectinochilus canalis – Grignon

ECTINOCHILUS CANALIS : UNE COQUILLE REMARQUABLE DU LUTETIEN MOYEN DE GRIGNON

INTRODUCTION

Voici une espèce remarquable à plusieurs titres :

1 – Par sa localisation dans les différents niveaux de la falunière.

Malgré sa présence dans les niveaux les plus visibles de la coupe que le club exploite c’est de loin dans le niveau dit « à oursins » sous le plancher actuel de la carrière qu’elle pullule.

Présente aussi mais bien plus dispersée dans le niveau à Campanile et autour du cordon à Chamalamellosa.

2 – En considérant les 3 grandes localisations des gisements lutétiens du Bassin de Paris, c’est-à-dire le Vexin Français, la région d’Epernay et les Yvelines, c’est sans conteste dans ce dernier secteur qu’elle est la mieux représentée.

Continuer la lecture de ECTINOCHILUS CANALIS 

Les Cassidae de Grignon

Galeodea nodosa subenodis

Dans la série des travaux de Daniel, voici le 12ème consacré aux Cassidae de Grignon. 

« Suite à un article récent concernant les Cassidae découverts dans les gisements du Lutétien supérieur du Cotentin nous avons consacré quelques instants lors de la réunion du 13/01 dernier tout en examinant des spécimens, à nous poser des questions au sujet des deux espèces présentes à Grignon et faisant l’objet du dit article : Galeodea nodosa nodosa et Cassis (Morionella) harpaeformis.

Les auteurs de l’article en question ont en effet procédé à la création d’espèces nouvelles  proches de celles trouvées à Grignon et ailleurs dans le Bassin de Paris.

La question n’est pas de juger si ces créations sont justifiées ou non mais d’avoir comme objectif une réflexion, étant donné que les anciens auteurs (Deshayes et Cossmann) avaient bien insisté sur le fait qu’il s’agissait de deux espèces très variables.

Continuer la lecture de Les Cassidae de Grignon 

Protection de Géotope du domaine de Grignon

Athleta(Volutospina) spinosus – Grignon

Disponible sur le site de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE), voici le dossier global portant création de la liste des sites d’intérêt géologique des Yvelines et projets d’arrêtés préfectoraux de protection de géotope des sites dits de « la ferme de l’Orme » à Beynes et du « domaine de Grignon » à Thiverval-Grignon.

Dans ce dossier figure précisément le projet d’arrêté préfectoral de protection du site d’intérêt géologique du domaine de Grignon (24/11/2017) à la signature du Préfet des Yvelines.

Rappel des étapes précédentes dans le processus de classement du domaine de Grignon :

  • Le 26 novembre 2015, le conseil scientifique régional du patrimoine naturel d’Ile-de-France (CSRPN) adopte la motion proposée par la commission régionale du patrimoine géologique (CRPG) concernant le patrimoine géologique du site de Grignon (commune de Thiverval-Grignon, Yvelines).
  • La fiche de saisie de données à l’inventaire National du Patrimoine Géologique concernant les sites du Lutétien dans l’enceinte du parc de Grignon (Thiverval-Grignon) rédigée par Elise Auberger, Didier Merle et Jean-Pierre Gély le 09/02/2016.

Gastéropodes mystérieux de Grignon

Présentation des coquilles citées par les anciens auteurs comme présentes à Grignon, mais que les membres du club géologique ne semblent pas avoir retrouvées ni citées, malgré les nombreux travaux effectués par les équipes dans la falunière.

Cette liste n’est pas exhaustive bien sûr et d’autres, surtout les toutes petites coquilles, pourraient être ajoutées. Certaines espèces ne sont citées qu’en provenance de Grignon et parfois en un seul exemplaire.

Les raisons de ces non-redécouvertes sont variées. Quelques causes possibles :

1 – Niveaux absents dans la falunière mais présents dans le parc . Exemples: 31 – 4, 205 – 2,  206 – 2

2 – Espèces tératologiques: exemples probables: 137 – 2, 151 – 4

3 – Individu géant ou nain d’une autre espèce

4 – Niveaux présents dans la falunière mais non exploités soit car paraissant azoïques soit difficilement accessibles soit très dégradés (cas de la fouille profonde par le MNHN) 

5 – Coquilles n’ayant pas vécu dans cet espace (transportées)

6 – Familles faiblement représentées à l’exemple des Cypraeidae et des Ovulidae rarissimes, pourtant citées hors de la falunière (Fritel) ou les Athleta du groupe des Volutocorbis

7 – Absences dues à des très faibles tris de sédiments chez le chercheur.

Continuer la lecture de Gastéropodes mystérieux de Grignon