Grignon, une passion

Ce document est destiné à garder la trace de ce que notre Club a entrepris, comme il en avait pris l’engagement le 18 septembre 1988 auprès du Muséum d’Histoire Naturelle et l’Institut National Agronomique Paris-Grignon, devenu Agro Paris Tech : préserver le site paléontologique mondialement connu, le mettre en valeur et constituer une collection des espèces qui y ont été identifiées.

Que tous ceux qui ont participé à toutes ces actions en soient chaleureusement remerciés, sans l’Equipe fidèle qui s’est peu à peu constituée, a accru et partagé ses connaissances, rien n’eut été possible.  Grignon, une passion (accès restreint).

A tous, merci. Claude Hy

Volcanisme en mer Egée

Le Club vous propose d’assister à une conférence sur le Volcanisme en mer Égée : le Samedi 1er Décembre à 14h15, Salle RC1 au rez de Chaussée, 8 rue Brillat Savarin 75013 (ouverture de la salle à 13h45).

Programme de la conférence :

1- Tectonique de la mer Egée présentée par Jean-Paul Cadet (ancien professeur de géologie structurale à l’université Pierre & Marie Curie). Durée 20mn environ, réponses aux questions  10mn

Durant le crétacé (-145Ma/-65Ma), la séparation entre les plaques américaines et africaines a créé une rotation de la plaque africaine et la fermeture d’un océan appelé  Théthys. Les mouvements ont entraîné la collision entre les plaques européennes et africaines avec la création des Alpes et l’ouverture de la méditerranée. Il sera expliqué les mouvements de plaques qui ont formé une fosse océanique profonde de plus de 4500 mètres, un arc d’îles non volcaniques dont la Crête et Rhodes et un arc d’îles volcaniques comprenant Santorin qui s’est caractérisé par l’éruption minoenne réputée dater du 17ème siècle avant notre ère avec des conséquences qui ont affecté jusqu’à l’Égypte (décrite dans la bible par les plaies de l’Egypte). Cependant, la plus forte explosion volcanique de la méditerranée a été celle de Kos il y a 161000 ans.

2- Arc volcanique Egéen et parcours de voyages présentés par Suzette et Henri Mulleman (Pdt du Cercle Quercynois des Sciences de la Terre, membres du Club). Durée 45mn environ, réponses aux questions  10mn

Suzette et Henri qui parcourent la Grèce depuis 10 ans, commenteront les sentiers des volcans avec cartes, photos, videos. La Grèce comporte 4 géoparcs. Les zones d’intérêt géologique comportent des sentiers de découverte géologique (l’île de Nisyros en comporte 10, et Milos 6).

Le parcours décrira l’arc volcanique partant de Sousaki, puis Egine, Methana, Poros, Milos, Santorin, Nisyros, Kos.

Le séjour à Nisyros permettra de décrire l’itinéraire dans une caldeira de 4km formée par une explosion gigantesque il y a 6000 ans. La vidéo de la descente au fond du cratère de Stephanos rappellera par ses bouillonnements et fumées la place de Nisyros dans les  volcans actifs, etc..

Il sera montré que ce volcanisme est fortement associé à l’hydrothermalisme. Le médecin Hippocrate a relaté les vertus thérapeutiques des sources chaudes de Milos. On notera la mer chaude avec des bains thermaux à Kos (Therma). Le volcanisme sous-marin, dont celui de Kolumbo dont la dernière éruption date de 1650 sera abordé .

La Grèce comporte 4 géo-parcs. Les zones d’intérêt géologique comportent  des  sentiers de découverte géologique (l’île de Nisyros en comporte 10, et Milos 6) . Suzette et Henri qui parcourent la Grèce depuis 10 ans, commenteront ces  sentiers des volcans avec  cartes, photos, vidéos.   

3- Clôture par Norbert Choisi (Responsable Île de France de l’Association LAVE) qui s’est rendu sur 20 volcans actifs pendant leur éruption. Durée 10mn, les questions continueront pendant le dessert

La séance continuera  par une dégustation de  µпαKλαβά (baklava grecque) faite par Henri, vous pouvez aussi amener vos spécialités de gâteaux ou boissons.

Vous pourrez pendant la dégustation continuer à discuter avec les conférenciers et poser vos questions théoriques ou pratiques sur vos projets de voyages volcaniques.

Cette conférence est ouverte aux adhérents du Club Géologique IDF, de LAVE et de l’ACGA. 

>> Pour la bonne organisation de cette séance, merci de vous inscrire par mail : clubgeologiqueidf@orange.fr

Accès : http://clubgeologiqueidf.fr/accueil/leclub/paris/

JPO du Club à Grignon

Cette année le domaine de Grignon n’était pas ouvert pour la Journée Européenne du Patrimoine car AgroParisTech ne participait pas. Le Club avait malgré tout maintenu sa Journée Portes Ouvertes en ce samedi 15 septembre et c’est donc sur sa seule notoriété et la seule communication déployée par ses membres que 90 personnes ont bénéficié de l’accueil dans le pigeonnier et de la visite commentée de la falunière.  

L’accueil au RdC du pigeonnier 

  • Présentation des panneaux pédagogiques sur l’évolution de la vie au cours des temps, les transgressions et régressions marines qui ont façonné le sous-sol du Bassin Parisien au cours de l’Eocène, les scientifiques qui ont fréquenté Grignon, le contenu malacologique de chaque étage de la falunière. Commentaires sur les vitrines où sont exposées les coquillages trouvés dans chacun des niveaux de la falunière.
  • 2 ateliers binoculaires étaient aménagés dans le pigeonnier, avec observation guidée d’otolithes, d’algues calcaires, de chitons et de madréporaires. 

Visite de la falunière

  • Traverser, sous la conduite de membres du club, le parc du domaine, admirer le château Louis XIII et les différents bâtiments et être accueilli dans la falunière par Didier Merle pour une présentation pédagogique de haut niveau sur le contexte de formation des différents dépôts sédimentaires dans la falunière, la richesse de la faune, le récent arrêté préfectoral de protection du site…

Merci à Monsieur Olivier Martin, Directeur d’AgroParisTech Grignon, pour son autorisation à nous permettre d’emmener les visiteurs jusqu’à la falunière en traversant le domaine.

Merci à Didier Merle, Maître de Conférences au MNHN, pour ses 3 prestations de visite commentée de la falunière.

Merci à tous les membres du Club qui se sont investis dans l’organisation et la communication de la JPO.

Yann Deffontaine, Pdt du Club

Photo en-tête : Didier Merle et une partie du public

Grignon : 15 septembre journée portes ouvertes

Ce samedi 15 septembre journée portes ouvertes à Grignon, dans les locaux du club. Les membres du Club vous accueilleront à partir de 14 h pour :

  • Une visite guidée de l’exposition (au Rdc du pigeonnier) sur la faune lutétienne de la falunière de Grignon, récemment classée par le préfet des Yvelines comme patrimoine naturel remarquable nécessitant protection.
  • Une visite guidée de la falunière par Didier Merle, maître de conférence au Museum d’Histoire Naturelle.

Les coordonnées du site de Grignon et l’accès au pigeonnier sont disponibles sur : http://clubgeologiqueidf.fr/accueil/leclub/

 

Le patrimoine géologique

L’arrêté de protection de géotope du site d’intérêt géologique du domaine de Grignon à Thiverval-Grignon (une zone incluant tout le secteur autour de la Falunière et une zone incluant la Côte aux buis – voir carte sur l’arrêté) ainsi que celui relatif au site de la Ferme de l’Orme à Beynes signés par le Préfet des Yvelines le 26 mai 2018 sont l’occasion d’évoquer la lente évolution de la notion de patrimoine et plus particulièrement celle du patrimoine géologique et de sa protection.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est en 1792, au plus fort des saccages perpétrés sous la révolution française qu’est né le concept de patrimoine national suivi en 1793 du concept de monument historique, débouchant dès 1810 sur une démarche d’inventaire et de publication. En 1837 est créée la commission des monuments historiques. Sur commande de Prosper Mérimée, inspecteur général des monuments historiques, ont lieu les premières grandes restaurations : la basilique de Vézelay, la cité de Carcassonne, le château de Pierrefonds (60), la cathédrale ND de Paris…

  • La Loi du 30 mars 1887

Le 30 mars 1887 est votée la première loi relative à la conservation des monuments et objets mobiliers présentant un intérêt historique et artistique.

Tout au long du XXème siècle la protection sera étendue aux monuments naturels, aux sites, aux œuvres d’art, aux collections, aux découvertes archéologiques, aux abords des monuments historiques, aux quartiers anciens et les pouvoirs de l’Etat ne cesseront d’être accrus (limites au droit de propriété pour cause d’intérêt public et travaux de restauration menés d’office…)

A partir de la moitié du XXème siècle, l’environnement est au cœur du patrimoine à protéger avec la création des parcs nationaux en 1960, le vote de la loi littoral en 1975 et de la loi montagne en 1985.

Quant à la préservation des objets géologiques, c’est certes une préoccupation ancienne, mais c’est une préservation ex situ, notamment à travers les collections des cabinets de curiosités d’amateurs éclairés et des musées ou autres établissements publics. La nécessité de préserver in situ les sites géologiques et de les considérer comme patrimoine géologique est apparue dans les années 1970.

Continuer la lecture de Le patrimoine géologique

Protection du Lutétien de Grignon

Le 26 mai 2018  l’Arrêté de protection est pris par le Préfet des Yvelines.

En Île-de-France 2 sites figurent sur une liste départementale des sites d’intérêt géologiques et 2 arrêtés préfectoraux de protection de géotope (APPG) ont été pris pour :

  • le site d’intérêt géologique du lieu-dit de la ferme de l’Orme à Beynes ;
  • le site d’intérêt géologique du domaine de Grignon à Thiverval-Grignon. 

Il s’agit des deux premiers sites en France bénéficiant d’un APPG.

Concernant Grignon,  rappel des étapes du processus de protection :

  • Fiche d’inscription du domaine de Grignon à l’inventaire national du patrimoine géologique remplie par : Elise Auberger, Didier Merle et Jean-Pierre Gély.
  • Le 26 novembre 2015 : Motion du CSRPN, pour soutenir l’inscription à l’inventaire : « Le CSRPN confirme le fort potentiel scientifique de rang international que présente le site de Grignon. Celui-ci apparaît comme prioritaire dans le classement de l’inventaire du patrimoine géologique régional ». A la signature de Jean-Pierre Gély, Président de la Commission régionale du patrimoine géologique d’Ile-de-France et de Christine Rollard, Présidente du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel.
  • 26 Novembre 2017 : Dossier de présentation des sites d’intérêt géologique des Yvelines – Lutétien à Beynes et Grignon – par la Direction Régionale et Interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) Ile de France à destination du préfet des Yvelines en vue d’établir un Projet d’arrêté de protection de Géotope  : « …Les sites d’intérêt géologique de Beynes et de Grignon constituent les deux sites prioritaires à protéger en Ile-de-France en raison de la formation géologique concernée du Lutétien, étage de référence internationale qui tire son nom de la région parisienne (Lutetia, ancien nom latin de Paris) où il fut décrit la première fois ainsi que de l’extraordinaire richesse paléontologique très bien conservée qu’ils contiennent. Il est donc absolument nécessaire de préserver ces sites remarquables (…) en prenant des arrêtés de protection de géotope permettant de préciser les mesures de protection adaptées en fonction du contexte géologique local et des usages existants. »
  • Décembre 2017 : Suite à la proposition de la DRIEE, projet d’arrêté de protection de Géotope (APPG) par la préfecture des Yvelines
  • Le 26 mai 2018 : Arrêté de protection pris par le Préfet des Yvelines.

Les Cisterciens de la Drôme et la Géologie

En 1869, les moines cisterciens de l’abbaye d’Aiguebelle, fondée en 1137 dans la Drôme provençale aux confins du Dauphiné et de la Provence, ouvrent une activité de chocolaterie qui connut une belle expansion puisque, en plus de l’atelier initial installé dans l’abbaye, un second atelier est ouvert à Donzère (26) en 1875 puis deux autres ateliers en Algérie et au Maroc en 1942 pour pallier le manque d’approvisionnement de la métropole en matières premières pendant la guerre. Si la chocolaterie de l’abbaye ferme ses portes en 1935 et celle de Donzère en 1978, c’est la Compagnie Chérifienne de Chocolaterie qui continue actuellement à produire le chocolat de la marque « Aiguebelle ».
Mais quel rapport entre ces cisterciens d’Aiguebelle, leur chocolaterie et la Géologie ?

AG nationale à Remuzat

L’assemblée générale du Club géologique national a eu lieu le 19 mai à Remuzat dans une atmosphère très amicale sous la présidence de Jean-Louis Vercruysse (jean-louis.vercruysse@orange.fr). Au milieu de la joie de ces retrouvailles annuelles, nous avons aussi partagé un moment de grande tristesse à l’évocation de la disparition récente de Maud Nguyen et André Laurichesse. Après l’approbation unanime des différents rapports et comptes, les membres du Conseil d’Administration 2017 ont été réélus pour former le Conseil d’Administration 2018. Les présidents des sections régionales dont le président de la section Ile De France, Yann Deffontaine, sont membres de droit de ce Conseil d’Administration. Merci à eux tous pour leur travail et leur dévouement au bon fonctionnement de l’association.

Continuer la lecture de AG nationale à Remuzat

LES METEORITES

Laurent Grasso

La visite organisée par le club à l’exposition ‘Météorites’ le 11 février 18 a inspiré à Françoise L. l’article suivant :

Tombées sur terre, parfois discrètes, parfois destructrices, parfois, si elles ne sont pas trop grosses dans un trait de lumière (le météore) accompagné d’un grondement de tonnerre (celui-ci dû à une onde de choc à la vitesse d’une dizaine de km/sec, celui-là dû aux frottements intenses dans les couches atmosphériques) : ce sont les Météorites.

En arrivant, elles peuvent éclater, se vaporiser partiellement, fondre superficiellement (à cause d’une température dépassant 2000 °), ce qui les revêt d’une croûte noire plus ou moins vitreuse et brillante : c’est la croûte de fusion.

Chaque année, plus de 20 000 tonnes de matière météoritique entrent dans l’atmosphère terrestre. Ce sont surtout des poussières interplanétaires dont les plus grosses (environ 1 mm) constituent les étoiles filantes. On estime qu’il tombe seulement 5 tonnes par an de météorites dont la masse est supérieure à 1 kg, soit environ 5 000 météorites. Continuer la lecture de LES METEORITES

DÉTERMINATION DES FOSSILES DE L’EOCENE

Trouver un fossile ? La belle histoire… qui commence ! Il va falloir le nettoyer, éventuellement le consolider, le déterminer, confectionner une étiquette/data (papier ou numérique), le classer…

Une étiquette/data doit comporter les éléments suivants : nom de genre suivi du nom d’espèce (détermination), nom de l’auteur et date de première description (Emarginula costata Lamarck, 1802), le lieu précis de découverte (carrière, lieu-dit, sans oublier le niveau dans la couche), l’étage géologique auquel il appartient et la date de sa découverte. Une photo éventuelle peut venir compléter ‘l’étiquette’ dans le cas d’insertion dans une base de données informatique.

Donc, la première chose fondamentale à faire est d’associer le fossile à son lieu précis de découverte. Vous seul.e êtes en mesure de l’indiquer. En cas d’erreur ultérieure de manipulation (mélange ou perte d’étiquettes, transfert de boites…), autant il sera toujours possible de déterminer le fossile, autant son lieu de prélèvement et son étage seront impossibles à reconstituer.

Pour la détermination :

  • Soit, vous êtes un virtuose et ce sera un jeu d’enfant
  • Sinon, vous avez besoin de documentation et c’est l’objet de ce document que d’indiquer pour chaque embranchement (mollusques, foraminifères…) les ouvrages de référence à consulter pour la détermination des fossiles de l’Éocène. Ces ouvrages sont pour la plupart libres de droit et disponibles sous forme numérique.
  • La troisième solution est de vous appuyer sur les éminents taxonomistes présents dans le club.
Photo : Description des animaux sans vertèbres découverts dans le bassin de Paris T2 Atlas. G.Deshayes Ed. 1866, extrait pl. 87

Jacques et Hervé