Géomorphologie du Bassin Parisien

Le Bassin de Paris est un vaste plateau avec des terres cultivées et des forêts, et quelques buttes témoins. Il est entaillé de vallées.

Il comprend l’ensemble des terrains s’appuyant sur le Massif Armoricain à l’Ouest, le Massif Central au Sud, les Vosges à l’Est, le Massif Ardennais au Nord-est. Il est ouvert au Nord sur le Bassin Belge et au Nord-Ouest sur la Manche.

Au plan géologique, le Bassin Parisien est un bassin sédimentaire formé par dépôt, au fond de la mer, de calcaire, minéraux, squelettes d’animaux et restes de végétaux. Ces dépôts forment un empilement de roches sédimentaires alternativement meubles et rigides se relevant vers la périphérie.

Les roches sédimentaires sont disposées en auréoles concentriques et empilées les unes sur les autres comme des « assiettes ».

Elles sont ordonnées selon leur âge: des plus récentes au centre aux plus anciennes en périphérie.

Ces roches ont été déposées sur des zones de faible altitude régulièrement envahies par la mer – transgressions – lors des périodes de haut niveau marin (suite à l’effondrement du terrain ou liées à un réchauffement de la planète, par exemple) ou évacuées par la mer – régressions – lors des périodes de bas niveau marin (suite à l’élévation du terrain ou refroidissement climatique).

Elles témoignent donc des mouvements de va-et-vient des océans au cours des temps géologiques.

Elles reposent en profondeur sur des roches essentiellement granitiques, désignées sous le terme de socle, dont elles constituent la couverture.

Coupe schématique du Bassin Parisien entre le Massif Armoricain et la plaine d’Alsace,  d’après Cavelier, Mégnien, Pomerol et Rat (1980)

.

Les cartes géologiques du BP

Sous l’impulsion de Jean-Etienne Guettard ( natif d’Etampes, ancien assistant de Réaumur), assisté du jeune Antoine Laurent de Lavoisier, la cartographie géologique moderne prend naissance dans la région d’Etampes : la « Carte minéralogique où l’on voit la nature et la situation des terreins qui traversent la France et l’Angleterre » de Jean Etienne Guettard ( 1746 ) est considérée comme la première carte géologique jamais publiée.

Du même auteur parait en 1753 la « Carte minéralogique de l’Election d’Etampes ». Puis « L’atlas minéralogique de la France » en 1767. Les coupes apparaissant dans les marges latérales de la feuille n°55 « Carte minéralogique des environs de Fontainebleau, Estampes, et Dourdan » de cet atlas sont de la main de Lavoisier, qui produit ainsi les premières coupes lithostratigraphiques.

Les premières représentations globales de la géologie du Bassin de Paris sont fournies par Georges Cuvier et Alexandre Brongniart en 1811 et par Homalius d’Halloy en 1816.

La carte géologique du Bassin de Paris la plus récente est éditée en 2014 par l’AGBP à l’occasion de son 50 ème anniversaire.

 

Bibliographie

  • La première coupe historique du stratotype d’Etampes, dressée par Lavoisier en 1767 – François Ellenberger – Comité français d’histoire de la géologie (COFRHIGEO) (séance du 22 février 1989)
  • Notre territoire un sous-sol et des hommes (2014) – Livret guide exposition Géofestival Fontainebleau Gatinais
  • Inventaire du patrimoine géologique de l’Essonne – Conseil Général de l’Essonne Direction de l’Environnement
  • Deux siècles de stratigraphie dans le bassin de Paris – Patrick De Wever (2002)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *