Relevés de coupes de Grignon

Sommaire:
1- Observations concernant la couche dite à « oursins » 
2- Observations concernant la couche supérieure à gauche du front de taille
3- Présence de Sigmesalia

.

 1- Observations concernant la couche à « oursins » 

 Cette couche est située sous le plancher de la falunière de Grignon

Le campement dans la "couche à oursins"
Le campement dans la « couche à oursins » – 10 juin 2014 – Photo JD
Daniel dans son campement
Daniel dans son campement – 10 juin 2014

Remarques préalables

1 – Il s’agit d’observations suite à des recherches dans cette couche bien caractérisée dans la période juin 2014 – début 2015. Elle se situe à environ 20m du front de taille et les recherches se sont faites sur 5 à 6 mètres de largeur.  Voir pour comparaison les travaux de Gély et de Huyghes.

2 – Concernant les listes de fréquence, les taxons tiennent compte, autant que possible, des révisions récentes mais le but ici n’est pas d’en effectuer la révision.

3 – Les fossiles sont listés par rapport aux travaux de Cossmann et non par rapport à la nomenclature actuelle.

4 – Les sous-genres ne sont pas indiqués afin de ne pas alourdir le texte.

5 – Il n’est que rarement tenu compte des très petites espèces (un ou deux millimètres) n’ayant pas les moyens techniques d’en évaluer la fréquence.

6 –  Définition des termes employés dans cette étude :

– Couche : c’est l’ensemble de plusieurs niveaux et cordons formant une unité caractérisée par des éléments sédimentaires ou/et paléontologiques sur toute la zone étudiée.

– Niveau : c’est une des parties de la couche se différenciant par une ou plusieurs particularités.

– Cordon : niveau de faible épaisseur inclus dans la couche.

7 – Les espèces de la liste ci-dessous ne représentent  pas la totalité de la faune

 

Coupe observée en juin 2014, exposition nord

de haut en bas :

1 – Terre végétale      0,20m

2 – Dalle calcaire compacte   0,15m

3 – Niveau à nombreux bivalves décalcifiés   0,10m

4 – Niveau à fossiles dispersés et rares poches d’accumulation de fossiles    0,45m

5 – Cordon très fossilifère parfois induré (rognons calcaires)    0,10m

6 – Niveau très glauconieux beaucoup plus riche que le n° 4     0,40m

7 – Cordon fossilifère à turritelles fragmentées    0,15 m

8 – Niveau caractérisé par un très net appauvrissement  de la faune   0,70m observés

 

Remarques concernant la coupe

1 – Le niveau 3 représente soit du calcaire en cours de formation soit la partie inférieure de la dalle résultat de la décomposition du calcaire.

2 – La coupe regroupant les niveaux 4 à 7 est riche en glauconie oxydée qui donne à celle-ci une couleur roussâtre n’affectant que très  rarement les fossiles.

3 – Les 2 gros oursins cités dans le titre, Echinolampas excentricus (= calvimontana) et Gitolampas issyavensis, sont présents presque exclusivement dans le niveau 6.

Leur association caractérisant cette coupe est unique dans le Bassin de Paris (information orale de T. Wozniak).

4 – Le cordon n° 5 évoque un dépôt rapide et de courte durée qui pourrait résulter d’une tempête, les coquilles toutes  de petite taille (5 à 10mm) n’étant ni cassées ni usées.

5 – Présence par endroits d’endurcissements plus ou moins volumineux (parfois de gros blocs) rendant l’extraction des fossiles impossible.

6 – Des poches montrant une accumulation de fossiles dans le niveau 4 pourraient être le résultat du remplissage de terriers de crustacés, ceux-ci n’étant pas conservés.

 

Remarques sur la faune

1 – Une dizaine de coquilles constituent par leur abondance l’essentiel de la faune caractéristique de cette couche. Ainsi  la présence d’une multitude d’Ectinochilus canalis, alors qu’ils sont rares dans les couches supérieures, pourrait aussi  servir de référence pour caractériser cette couche.

2 –  La présence de coquilles  très rares dans cette coupe  (1 ou 2 exemplaires) pourrait signifier que celles-ci n’ont pas vécu sur place et auraient donc pu subir un transport.

3 – La plupart des espèces de taille moyenne (un à cinq cm) est représentée par des individus de toutes tailles dont beaucoup de juvéniles.

4 –  Certaines espèces ne se trouvent pas ou très rarement  dans les couches supérieures du front de taille, par ex. Tellina colpodes, Clavilithes dameriacensis, Hemiauricula edentula (=Liocarenus conovuliformis)

5 – Certains gros mollusques tels les Athleta citharoedus adultes, Volutilithes muricinus adultes,  Serratoceritium serratum, Campanile giganteum sont très souvent brisés voire toujours comme pour les deux derniers.

6 – Certains genres ne sont représentés que par une seule espèce :  Sassia, Mitreola, Olivella, bien qu’il soit difficile d’en connaître la raison.

7 – Les coquilles sont bien conservées, certaines ayant encore des traces de colorations telles Costacallista laevigata, Spisula semisulcata. Par contre les grands oursins sont rarement en bon état : déformés, fragmentés, encroûtés ou ayant perdu leur couche externe.

8 – Les coraux libres tels les Turbinolia sont fréquents alors que les espèces fixées sont très exceptionnelles.

9 – Le tamisat fin (mailles millimètriques) est constitué en grande partie de débris coquilliers.

 

Liste par fréquence de 124 espèces de mollusques présentes dans cette couche

très communes : plus de 100 spécimens ;  très rares : 1 ou 2 exemplaires.

1- Très communes :

Amauropsina canaliculata, Sigmesalia multisulcata , Ectinochilus canalis, Rimella fissurella, Suessionia bartoniana (= asperula), Spirancilla buccinoides, Amalda olivula, Glycymeris pulvinata , Gibberula ovulata.

2- Communes :

Solariella spirata, Natica epiglottina, Omalaxis disjunctus, Bittim cancellatum, Timbellus crenulatus tricarinatus, Clavilithes parisiensis , Clavilithes laevigatus, Cryptochorda stromboides, Mitraria elongata, Mitreola labratula, Athleta spinosus, Athleta citharoedus (juvéniles), Ancillaria canalifera, Persicula angystoma, Turricula transversaria, Turricula dentata, Acamptogenotia coronata, Raphitoma costellata, Cylichna bruguieri  Dentalium sp, Notocorbula rugosa, Caryocorbula striata, Spisula semisulcata, Costacallista laevigata, Tellina rostralis, Tivelina deltoidea, Loxocardium bouei, Nucula parisiensis, Ostrea sp.

3- Assez communes :

Sinum clathratum, Globularia sigaretina, Ampullina depressa, Architectonica canaliculatum, Xenophora schroeteri, Keilostoma minor, Amaea reticulata grignonensis, Pusillina nana, Haustator imbricatarius, Clava unisulcata, Campanile giganteum, Sycostoma bulbus, Eofavartia foliacea fraterculus, Typhis tubifer, Sassia colubrina, Clavilithes cf tuberculosus, Clavilithes clavellatus, Athleta citharoedus (juvéniles), Volutilithes costarius, Conomitra graniformis, Unitas costulata, Acteon gmelini, Volvarinella eburnea, Hemiauricula edentula , Solena plagiaulax, Bicorbula gallica, Gari effusa, Gari appendiculata,  Abra pusilla, Tellina colpodes, Meroena semisulcata, Pitar ovalina,  Limopsis granulata, Crassatina trigonata, Venericardia imbricata, Trinacria deltoidea, Barbatia barbatula.

4– Rares :

Hipponix patelloides, Climacopoma patula, Opalia variculosa, Opalia plicata marginostoma, Haustator contractus, Serratocerithium serratum, Fusinus aciculatus, Clavilithes noae, Clavilithes rugosus, Dolicholatirus funiculosus, Athleta citharoides (adultes), Volvaria bulloides, Volutilithes muricinus (adultes), Conus deperditus, Cryptoconus labiatus, Gari caillati, Gari donacilla, Vepricardium asperulum, Arcopagia corneola, Anomia planulata, Belosepia sepioidea.

5– Très rares :

Hipponix cornucopiae, Capulus opercularis, Calyptrea lamellosa,  Cernina sphaerica, Clava striata, Pyrazopsis angulatus, Paraseraphs tetanus, Ficus tricarinatus, Ficopsis elegans, Galeodea nodosa, Cassis harpaeformis, Clavilithes dameriacensis, Athleta bulbula, Lyria subturgidula, Bonellitia striatulata, Ancistrosyrinx terebralis, Cryptoconus priscus clavicularis, Cryptoconus priscus deshayesii (= calophorus), Acteon subinflatus, Cuspidaria dispar,  Tellina carinulata, Chama lamellosa, Discors parisiense, Cardium gratum, Bathytormus compressus, Pinna margaritacea, Nuculana striata,  Pteria fragilis. Nautilus sp (fragments).

Quelques exemplaires présentant une taille exceptionnelle:

Spirancilla buccinoides  54mm ( Pour Deshayes   47mm)

Galeodea nodosa   55mm (idem Deshayes)

Athleta spinosus   54,5mm

Clavilithes noae   111mm (Deshayes  101mm)

Clavilithes clavellatus   133mm (Deshayes  135mm)

 

Conclusion

Cette couche dite « à oursins », remarquable par son homogénéité, livre une faune de mollusques dont on ne peut apprécier la richesse qu’à la suite d’un échantillonnage important, afin d’estimer à sa juste valeur son originalité (cf espèces rares et très rares)

Il est bien sûr nécessaire de comparer cette présence des mollusques avec ceux présents dans les couches supérieures du front de taille afin de noter leur fréquence ou leur absence.

Novembre 2015, LEDON  Daniel

.

2- Observations concernant la couche supérieure à gauche du front de taille

IMG_1402 (1024x768)
Vue globale de la partie supérieure de la falunière où Daniel a mené son étude – 7 avril 16 – Photo JD

IMG_1408 (2) (903x1024).

Je vous transmets un relevé de coupe que j’ai effectué dans notre espace réservé le 26/12/2015.

Ceci ne constitue qu’une première partie d’observations qui, comme pour le niveau à oursins pourra être complétée par celles de la faune.

Cela concerne un espace restreint de 1,20 mètre de largeur situé à la partie droite et haute de l’affleurement quand on fait face à celui-ci, malheureusement encadré par des mini failles dans lesquelles se sont introduites des racines provoquant un pourrissement des couches et des fossiles.

Ceci pour dire que l’observation des niveaux peut varier par rapport à des relevés effectués ailleurs.

Terre végétale

8 –   70 cm    Niveau argilo-sableux tendre à Seraphs brisés in situ

7 –   7cm       Cordon à Chama lamellosa

6 –   50 cm    Niveau calcaro-sableux jaunâtre riche en bivalves fragiles

5 –   2-3 cm:  Cordon à Terebratula bisinuata

4 –   40 cm    Niveau de sable calcaro-sableux jaunâtre très dur à bivalves nettement prédominants

3′ –  2 cm      Cordon oxydé orangé azoïque

3 –   8 cm      Cordon gris clair azoïque

2 –  40 cm     Niveau calcaro-sableux beige très dur à macrofaune très appauvrie

1 –  + ou – 10 cm : Cordon gris foncé constitué d’une accumulation de coquilles (tempête?)

29 décembre 2015, LEDON  Daniel

à suivre………………..