Cabinets de Curiosités / d’Histoire Naturelle

Ces cabinets d’étude évoluent rapidement en cabinets de curiosités et vont se développer et perdurer jusqu’à la fin du XVIIIème siècle dans l’ensemble de l’Occident (vers 1750 on en dénombre plus de 650 en France dont 135 à Paris). Les collectionneurs ont un goût indifférencié pour les produits de l’Art ou de la Nature et rassemblent pêle-mêle dans une savante mise en scène des tableaux, des sculptures, des médailles, des camées, des livres, des antiquités… qui cohabitent avec des objets (de préférence monstrueux, bizarres, exotiques, étonnants, précieux, rares…) relatifs à l’Histoire Naturelle tels que coquillages, fossiles, tatous, bézoards, diodons, cornes de Licorne…Le réseau des collections naturalistes est considérablement enrichi en objets exotiques grâce aux échanges avec les premières colonies (notamment par l’entremise des missionnaires). Microcosmes pour initiés, ces cabinets veulent témoigner de façon ostentatoire et pittoresque de la richesse des créations divines et de la Nature dans une sorte de ‘théâtre du monde’.

1- Quelques cabinets célèbres aux 16 et 17ème siècles

Celui de l’apothicaire et naturaliste italien Ferrante Imperato (1550-1631), celui de Ole Worm () naturaliste et collectionneur danois, celui de Athanasius Kircher (1602-1680) jésuite et savant allemand qui hérite en 1651 de la collection Donnini et la transforme en un véritable musée dans les locaux du Collège romain. Filippo Bonanni (1638-1725), son successeur à la tête de la collection, est lui-même un collectionneur de coquillages ; Elie Richard (voir XVIIème) pourra écrire dans « Histoire Naturelle » à l’article ‘poissons à coquille‘ : « Les Cabinets les plus complets que j’ay vu en ce genre, sont ceux du Père Bonanni à Rome et celui de Mr Tournefort à Paris « . 

Transposition en peinture de cet engouement pour les cabinets de curiosités

2- Cinq cabinets parmi les plus emblématiques du XVIIIème siècle

Celui d’Albertus Seba à Amsterdam, le Cabinet parisien de Bonnier de La Mosson (en partie conservé à la Médiathèque du MNHN de Paris), celui de Dezallier d’Argenville et celui de Clément Lafaille.

Locupletissimi_rerum_naturalium_thesauri_accurata_[...]Seba_Albertus_vue n°152-1 Albertus Seba (1665-1736) pharmacien, zoologiste allemand installé à Amsterdam est célèbre pour la richesse de son Cabinet des curiosités composé de mammifères, d’oiseaux, de mollusques, d’insectes, de serpents dont il publie le catalogue « locupletissimi rerum naturalium Thesauri » en 4 tomes (végétaux, mammifères, insectes, coquillages) dont 2 à titre posthume (1734-1765) : ci-après 3 exemples de présentation de coquillages pl 36, 37, 51 (T4) avec leur description et 2 planches de fossiles 106, 107 (t4) avec les commentaires de Seba qui y réaffirme son adhésion à la version du déluge biblique.  

Joseph Bonnier de la Mosson par Jean-Marc Nattier2-2 Bonnier de La Mosson (1702-1744) est trésorier général du Languedoc pour le compte de Louis XV. Son immense collection encore classée « curiosités » était répartie en 9 cabinets thématiques dont le contenu est détaillé dans le catalogue de la vente de cette collection par Edme-François Gersaint. Les cinq armoires du 2ème cabinet d’histoire naturelle achetées en 1745 par Buffon, surintendant du Jardin du roi, sont visibles dans la médiathèque du MNHN.

Dezallier d’Argenville. Gravure de Vanghelisty en 1775 d’après le tableau perdu de Hyacinthe Rigaud peint en 1719.2-3 Dezallier d’Argenville (1680-1765). Catalogue raisonné pour la vente de la collection d’Argenville par Pierre Rémy (1767) : « Un Corps d’Armoire, composé de trente Tiroirs de Bois noirci, remplis de Fossiles des vingt-quatre Provinces de France & des six Pays conquis, conformément au Livre Latin, composé par M. d’Argenville, & intitulé Enumerations Fossilium quae in omnibus Galliae provinciis reperiuntur &c (1751). Cette suite est de considération pour les Amateurs. Une Armoire dite Miscellanaea, renfermant des Fossiles, des Pétrifications, des Coquilles, des Bois, des Cristallisations, des Cailloux, &c. dont on fera divers Articles ; de même que de plusieurs grosses Coquilles qui sont au-dessus de ladite Armoire ».

de Barde (1803) – Louvre
  • La « Lettre sur le choix & l’arrangement d’un Cabinet curieux » , écrite par M. Dezallier d’Argenville en 1727 :
  « Voici, Monsieur, une curiosité toute des plus naturelles, ce sont les Coquilles, je vous avouerai que j’ai les yeux satisfaits quand je les jette sur un tiroir de coquilles bien émaillées : j’y admire plus qu’en toute autre chose l’Auteur de la nature ; quelle variété dans les couleurs ? Il semble que la nature s’y soit jouée de même que dans les formes différentes des coquilles ? On les distingue en plusieurs classes ou familles, celle des Huitres, des Limaces, des Cornets, des Porcelaines, & autres. Voici celles à qui l’on a donné des noms. L’Amiral, le Vice-Amiral, l’Imperialle, le Nautille, la Concha Veneris, le Bouton ou Echinus Marinus, l’Escalier, la Thiare, la plume (sic), le Cloud, le Lepas, le Foudre, l’Hermite, la Brûlée, la Musique, le plein-Chant, la Gensive, la Quenotte, le Ruban, la Veuve, la Pie, le Tigre, la Cassandre, la Bouche d’or, celle d’argent, le Drap d’or, celui d’argent, la Peleure d’Oignon, la Moresque, le Casque, le Turban, le Scorpion, la Grive, la Guinée ou la Speculation, le Dauphin, le Manteau Royal, la Tonne, le Cœur, le Cadran, l’Araignée, l’Epineuse, le Rouleau, la Becasse, le Porphyre, le Cilindre, le Sabot, le Leopart, l’Ecorchée, la Mere-Perle ou la Nacre, la Porcelaine, le Maron rôti, l’Olive, l’Herisson, l’Oeuf, l’Agatte, le Cornet, la Magellane, le Teton, l’Oreille d’Asne, le Coûteau, le Cloporte, l’Hebraïque, la Tanée, la Meûre, l’Oreille de Mer, la Chenille, la Trompe, le Nombril, la Collique, l’Eperon, la Lampe, la Vis sans fin, le Brocart, le Fuseau, l’Hirondelle, l’Argus, la Couronne d’Ethiopie, l’Oreille de Cochon, le Chou, la Tour de Babel, la Figue & le Bois veiné ».

Dans « Histoire Naturelle…la Conchyliologie » (1742) Dezallier propose une version évoluée « De l’arrangement d’un Cabinet d’Histoire Naturelle. »

Dans « l’Histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, la Conchyliologie » (1755) M. Dezallier d’Argenville, liste et détaille le contenu de la centaine de Cabinets tous plus riches les uns que les autres qu’il a pu visiter à travers toute l’Europe : les coquillages et les fossiles y tiennent une place prépondérante.

 

Marie Catherine Lefranc de Courtagnon devant sa collection et le site fossilifère de Courtagnon (51) à droite - Dom Dieudonné (1763) - © BNF2-4 Marie Catherine Lefranc (1690-1778): une mention particulière pour son cabinet de curiosités situé dans son château de Courtagnon, dans la montagne de Reims, à côté d’un célèbre gisement de fossiles lutétiens révélés par Jacques Vignier (1603-1669), Jésuite français 1635 le « Discours sur les coquilles de mer qu’on trouve en terre ferme particulièrement en Champagne

 

 

Cabinet d'histoire naturelle de Clément Lafaille au MHN de la Rochelle - Massimo Listri - Taschen)2-5 Clément Lafaille (1718-1788) naturaliste et collectionneur rochelais. Son goût pour les sciences et l’observation de la nature, son intérêt tout particulier pour la conchyliologie et la géologie lui permettent de constituer un véritable cabinet d’Histoire naturelle qui a constitué le premier fonds du Museum de La Rochelle. Ses méthodes de classement, de description et de dénomination de ses objets de collection en font un des pionniers du recours à la Systématique. C’est un des très rares cabinets d’Histoire naturelle du XVIIIème siècle conservé dans son intégralité. Pour en savoir plus lire l’article sur le site de Ouest-paléo. 

On peut encore citer Hans Sloane (1660-1753) naturaliste et collectionneur irlandais dont la collection constituera le premier fonds du British Museum, René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757) dont l’immense collection alimentera le Cabinet du Roy (futur MNHN).

« Si la nacre de mes nautiles m’amène des admirateurs, un plus grand nombre d’amateurs se rend chez moi pour mes fossiles ».  Armand-Frédéric-Ernest Nogaret (1734-1806), trésorier du comte d’Artois et grand collectionneur. 

3- A propos des Cabinets de Curiosités 

  • La critique de René Descartes dans « La Recherche de la vérité par la lumière naturelle« (1684) : 
« Il faut soumettre la curiosité déréglée à la vraie science qui ne peut reposer que sur les choses communes et desquelles tout le monde a entendu parler, non sur les singularités et sur ce qu’il y a de plus étrange dans la nature ».
  • L’article « curieux » de l’Encyclopédie Vol.4 (1741) rédigé par Paul Landois :
« Un curieux, en Peinture, est un homme qui amasse des desseins, des tableaux, des estampes, des marbres, des bronzes, des médailles, des vases, etc. Ce gout s’appelle la curiosité. Tous ceux qui s’en occupent ne sont pas des connaisseurs ; et c’est ce qui les rend souvent ridicules, comme le seront toujours ceux qui parlent de ce qu’ils n’entendent pas. Cependant la curiosité, cette envie de posséder qui n’a presque jamais de bornes, dérange presque toûjours la fortune ; et c’est en cela qu’elle est dangereuse ». 
  • L’article « curiosité » de l’Encyclopédie Vol.4 (1741) rédigé par de Jaucourt  
    « Mais c’est assez parler d’especes de curiosités déraisonnables ; mon dessein n’est pas de parcourir toutes celles de ce genre : j’aime bien mieux me fixer à la curiosité digne de l’homme, & la plus digne de toutes, je veux dire le desir qui l’anime à étendre ses connoissances, soit pour élever son esprit aux grandes vérités, soit pour se rendre utile à ses concitoyens. Tâchons de développer en peu de mots l’origine & les bornes de cette noble curiosité…Il en est de même des sciences ; ceux qui ne font que les parcourir légerement, n’apprennent rien de solide : leur empressement à s’instruire par nécessité momentanée, par vanité, ou par légereté, ne produit que des idées vagues dans leur esprit ; & bientôt même des traces si légeres seront effacées ».
  • L’article  « Collection »  de l’Encyclopédie  (1752)​ rédigé par Daubenton 

    « Une collection est un arrangement qui plait aux gens de goût, qui intéresse les curieux, qui instruit les amateurs et qui inspire des vues aux savants ». 
  • L’article « Conchyliolgie » rédigé par Lamarck in ‘Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle‘ Tome VII p 412, 1817
« Du temps même des Romains, il existoit des amateurs distingués, qui se formoient de riches collections de coquillages, pour en jouir, comme objet de délassement, sous les points de vue que je viens de citer. Sous le même point de vue, l’on a continué, dans différens pays de l’Europe, d’en former de semblables, et on le fait encore actuellement. Il en est résulté que les coquilles sont devenues un objet de commerce, et un sujet de spéculation pour les négocians voyageurs ; le prix extrêmement élevé par les amateurs, de celles qui sont très-rares, soit par leur espèce, soit dans leur volume et la vivacité de leurs couleurs, y ayant donné lieu. En cela, les naturalistes y ont beaucoup gagné ; car ils en ont eu l’occasion d’en observer un grand nombre, dont, sans cette cause, ils eussent probablement ignoré l’existence ».

4- Evolution

Au fil du XVIIIème siècle les Cabinets de curiosités éclatent en unités spécialisées (œuvres d’art, bibliothèques, cabinets des médailles, arts décoratifs) ; portés par l’engouement pour les choses de la Nature, ainsi naissent des Cabinets d’Histoire naturelle qui, tout en restant cadres de la vie mondaine, deviennent des lieux d’étude sous une forme scientifique et rationnelle et s’ouvrent de plus en plus au public préfigurant ainsi les musées qui se développeront au cours du XIXème siècle.

En 1793 par décrets de la Convention Nationale

« Le Museum central des Arts de la République » est créé dans « le Palais du Louvre« 

« Le jardin du roi » devient le « Museum d’Histoire Naturelle« 

 

En 1800, de par l’exil (ou la guillotine…) ou la confiscation des biens des nobles et des institutions religieuses, le nombre des Cabinets de collections s’est considérablement réduit.  

 Retour haut de page

——————————————

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.