Le Domaine de Grignon

             Château de Grignon – vue ancienne

A une trentaine de kilomètres à l’ouest de Paris, Grignon est un des plus beaux sites de l’Ile de France. Situé dans la vallée du Rû de Gally, le Domaine est traversé par ce ruisseau qui prend sa source à l’ouest de Versailles et se jette dans la Mauldre.

Cet établissement se compose de deux parties:

– Les bâtiments d’administration et d’enseignement ainsi que les laboratoires sont regroupés autour du Château de style Louis XIII à l’est d’un parc de 291 hectares ceint par un vieux mur d’environ 7 kilomètres de long.

– En dehors des murs, la ferme d’expérimentation de l’Ecole et ses exploitations sur 219 hectares.

.

HISTORIQUE

Des vestiges d’origine humaine attestent de l’occupation du site par l’homme bien avant l’implantation du village de Grignon au XIIème siècle.

Sur le champ de la « Défonce » à l’intérieur du parc actuel, on peut trouver de nombreux éclats de silex ainsi que quelques pierres polies.

Au lieu dit « Le fond de Thiverval » on a découvert une chambre souterraine du IIIème ou IVème siècle attestant la présence d’un ancien centre de fabrication de poteries. Cette salle rectangulaire contenait divers outils et des fragments de céramique d’époque Gallo-romaine et Mérovingienne.

Par la suite Grignon sera la propriété de nombreux seigneurs. La véritable histoire du Domaine commence en 1140, lorsqu’un des seigneurs fait édifier une chapelle en l’honneur de St Jean l’Evangéliste. Aux XIVe et XVe siècles la Chatellerie de Poissy dont dépendaient Tyverval-Buc et Greignon devint la propriété de différents seigneurs. En 1537 le domaine est acquis par François 1er qui en fit don en 1545 à sa maîtresse Anne de Pisseleu, duchesse d’Etampes, elle même contrainte par Henri II à le rendre en 1553 à Diane de Poitiers, une de ses favorites.

En 1582 Grignon et Buc sont cédés à Pomponne de Bélièvre dont le fils ayant épousé Marie de Bullion, fille d’un richissime surintendant des finances fit, en 1636, édifier le château Louis XIII actuel lequel fut entouré ensuite d’un mur d’enceinte de 7 kilomètres.

En 1684 la propriété fut cédée à André Potier de Novion et resta dans cette famille jusqu’à la révolution.

Le château se présentait sous son aspect d’aujourd’hui mais était entouré de 4 fossés secs plantés d’arbres fruitiers. Deux ponts permettaient l’accès en carrosse à l’intérieur du château.

A la mort de la dernière descendante de la famille Potier de Novion le château fut mis sous scellés et l’on procéda à la vente des meubles, des effets, du château et de la ferme.

M. Auguié, administrateur des Postes acquit la propriété en 1796 et entreprit de la remettre en état. Il venait fréquemment à Grignon voir ses filles, leur maman, ancienne femme de chambre de Marie-Antoinette s’étant suicidée de désespoir devant son sort tragique.

L’une de ses filles, Aglaé dite Eglé devint la meilleure amie de pension d’Hortense de Beauharnais (fille de la future impératrice Joséphine et futur reine de Hollande) qui, avec elle, suivait à St Germain les cours de la pension fondée par madame Campan, sœur de madame Auguié et ancienne première femme de chambre de la reine. Aussi Les deux jeunes filles venaient ensemble à Grignon et Joséphine les y accompagnait souvent.

Aussi, quand Bonaparte décida de marier le Général Ney afin qu’il reste dans son entourage direct, Joséphine et Hortense pensèrent-elles à Eglé.

C’est ainsi que le 5 août 1802 le mariage fut célébré à la mairie de Thiverval puis dans la petite chapelle de Grignon. A cette occasion le général Ney portait le sabre courbe offert par Napoléon, sabre qui devait, après les cent jours, le faire reconnaître et arrêter.

Après le divorce de Napoléon, Eglé voulut suivre Joséphine en exil ce que lui interdit son mari. Toute sa vie Eglé resta fidèle à son amie Joséphine qu’elle rencontrait souvent ainsi qu’à la mémoire de son mari fusillé.

Elle revint en pèlerinage à Grignon en 1821 avec ses quatre fils en souvenir des moments de bonheur qu’elle y avait connus.

M. Auguié vendit le domaine en 1803 au général Bessières, futur Duc d’Istrie qui y fit de grands travaux et planta 60000 arbres dans le parc. Au cours de l’hiver 1809-1810 il invita l’Empereur à Grignon, accompagné d’une suite nombreuse dont le roi de Bavière, les reines de Naples et de Hollande, Duroc, Davout,…

A cette occasion ses chevaux rencontrèrent des difficultés à franchir le pont méridional puis le passage conduisant au vestibule d’honneur et Napoléon fut d’une humeur massacrante au diner et au bal. Bessières fit démolir le passage et combler le fossé méridional.

Bessières fut tué en 1813 à Lutzen laissant à sa veuve une situation financière très difficile suite aux énormes dépenses de remise en état du domaine. Pour sauver la Duchesse, Napoléon fit racheter la propriété par les Domaines et le donne en gérance au fils Bessières pour être affecté, à sa majorité, au Duc d’Istrie après remboursement des dettes.

.

L’ECOLE d’AGRICULTURE

En 1818 une ordonnance royale autorisa madame Bessières à vendre le domaine. Le château, le parc et les terres de Grignon, d’une superficie de près de 500 hectares, ont été acquis le 24 Juin 1826 par le Roi Charles X. Celui-ci voulait en concéder l’ensemble à une société ayant mission d’enseigner et donner l’exemple de la pratique des bonnes méthodes agricoles. Antoine-Rémy Polonceau, ingénieur des Ponts et Chaussée, fonde en 1827 l’Institution Royale Agronomique de Grignon ; le premier Directeur fut Auguste Bella. Un exemple de bonne pratique agricole est inscrit sur un des panneaux qui entourent le monument élevé à sa mémoire, dans le parc de Grignon: « Rarement la terre est mauvaise mais souvent elle mal utilisée, on n’a jamais trop d’engrais, jamais de labours trop profonds ».

En 1828, Auguste Bella autorisa l’admission de cinq élèves. En 1833, on commença à concevoir l’idée d’un diplôme qui devint réalité en 1836.

Entre-temps une ordonnance royale du 14 février 1829 autorisa l’échange du domaine de Grignon et de 26 propriétés privées du Roi pour le terrain et les bâtiments des Feuillants à Paris à condition que Grignon soit affecté à l’Institution royale agronomique. En 1832 le domaine de Grignon devînt domaine de l’Etat.

Suite à la volonté du gouvernement d’étendre l’enseignement agricole, la chambre des député adopte en 1848 un décret loi l’organisant et le 1er Novembre 1949 Grignon devient « Ecole régionale d’Agriculture », au même titre que « Grand Jouan » (futur Rennes) et la « Saulsaie » (futur Montpellier). En 1850, Auguste Bella, âgé de 73 ans, est remplacé par son fils François. Ce dernier va beaucoup améliorer l’Ecole et l’exploitation agricole.

En 1852, Grignon devient « Ecole impériale d’Agriculture ». Toutefois son statut n’est pas modifié.

De 1870 à 1961, Grignon se transforme en « Ecole Nationale d’Agriculture ». Beaucoup d’événements vont marquer cette période. En 1895, Grignon accueille son maximum d’élèves: 239 élèves réguliers et 9 auditeurs libres. Les études se poursuivent sur 3 ans. Cet afflux d’élèves a nécessité un agrandissement des bâtiments à partir de 1896.

En 1900, année de l’Exposition Universelle, les visiteurs affluent et le Congrès International d’Agriculture y vient en excursion. L’ensemble des visiteurs étrangers soulignent la large contribution de la fameuse « Ecole de Grignon » au développement du progrès agricole dans le monde entier. Cette même année voit, dans le cadre du Congrès International de Géologie, une délégation de scientifiques visiter la falunière, sous la conduite de Stanislas Meunier.

En 1908, le titre d’ingénieur agricole fut accordé aux élèves diplômés des 3 écoles nationales d’agriculture.

En 1917, un centre de réadaptation aux travaux agricoles pour les blessés et réformés de la guerre de 14/18 est ouvert dans l’école.

La période à l’issue de la guerre 1939-1945 connut l’explosion du machinisme agricole et l’élaboration de techniques modernes de travail. Cela offrait aux enseignants et aux élèves un intérêt sans cesse renouvelé pour suivre les efforts des agriculteurs et de leurs organismes professionnels.

                                            Le château de Grignon – vue actuelle

Au sortir de la guerre, L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) est fondé en 1946 pour répondre à une demande sociale pressante « nourrir la France! ».

En 1961, Grignon devient « Ecole Nationale Supérieure Agronomique ». La grève de Mai 1968 fut l’occasion d’une remise en question et d’une réorganisation des programmes d’enseignement. L’année 1972 marque une date importante dans l’histoire de l’ENSA Grignon et de l’INA Paris. Ces deux établissements ont été fusionnés par le décret du 31 décembre 1971 qui a donné naissance à l’Institut National Agronomique Paris-Grignon, appelé à se développer harmonieusement dans ses deux centres.

Octobre 1988 : Le Club Géologique de La Poste et France Télécom en Ile de France est invité à Grignon par Jean-Jacques Durey alors sous-directeur de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon. Une Convention pour la réalisation d’une fouille scientifique dans la falunière sous le contrôle du Muséum National d’Histoire Naturelle est signée. Elle sera régulièrement renouvelée par la suite.

Le 4 Mai 1996, une carte postale ancienne (date inconnue) représentant la falunière (recto de la carte) a servi de support « premier jour » au timbre émis à l’occasion du cinquantième anniversaire (verso) de la création de l’INRA.

Une Exposition organisée à l’occasion des journées du patrimoine 2013 par Le Musée du Vivant et l’Association Patrimoine AgroParisTech raconte la longue histoire d’AgroParisTech.

.

LE DOMAINE PROPREMENT DIT

Grignon - Un coin de la ferme

L’ensemble des surfaces du Domaine comporte:

– 315 hectares en surfaces assolées, enherbées et en expérimentation végétale,

– 145 hectares de bois,

– 30 hectares de constructions, cours, jardins, routes et chemins,

soit un total de 490 hectares (plan d’affectation des surfaces en 1899).

Plan general du domaine de Grignon1910 . Photo Jean Michel Pournin
Plan général du domaine de Grignon en 1910 . Photo Jean Michel Pournin
Plan des zones du parc en 2016 par l'association de l'Arbre de Fer
Plan des zones du parc en 2016 par l’association de l’Arbre de Fer*

*L’association de l’Arbre de Fer est une association loi 1901 afin d’assurer la protection et la promotion de l’environnement naturel du campus d’AgroParisTech site de Grignon

Les productions animales de la ferme représentent environ 150 vaches laitières, 170 génisses, 530 brebis mères.

Dans cet ensemble, il y a lieu de signaler tout spécialement:

– le centre d’expérimentation agricole, d’environ 40 hectares, comprenant plus de 3000 parcelles, dont la plupart datent d’une vingtaine d’années. Ces parcelles sont utilisées par la chaire d’agronomie de l’Ecole pour l’étude et la mise au point des techniques de production, en collaboration avec l’INRA,

– le champ d’essai de la station agronomique, d’une surface d’un hectare et demi, créé en 1875 par Dehérain. Certaines des 130 parcelles font l’objet d’études ininterrompues, à caractère fondamental ou appliqué, depuis près d’un siècle. Par son ancienneté, ce dispositif constitue, aux dires des spécialistes, un matériel de travail inestimable et irremplaçable, unique en Europe continentale.

Grignon, nom réputé générateur de compétences dans les connaissances agricoles, a évolué au cours du temps pour accueillir des structures bien adaptées à l’enseignement et dont la mission première est de former chaque année 200 ingénieurs agronomes de toutes nationalités, ayant une large culture scientifique.

Une communauté de travail de près de 2000 personnes réunit chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants.

Une grande diversité de spécialités est proposée:

– débouchés dans les secteurs des bio-industries, bio-technologies, protection de la nature, aménagement de l’espace, agriculture, industries et activités liées, services, coopération internationale,

– formations en association avec divers partenaires,

– travaux de recherche conduits en partenariat.

La formation est sanctionnée par le diplôme d’ingénieur agronome de l’INA-PG. L’Institut National Agronomique Paris-Grignon a fêté en 2011 ses 35 années d’existence.

.

CARTES POSTALES ANCIENNES

Pour terminer, voici une série de cartes postales anciennes présentant quelques vues du domaine de « l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon » (appellation officielle qui eut cours de 1870 à 1961).

……………………………………………………………

Texte rédigé d’après l’ouvrage collectif coordonné par Philippe Joly, René Doligé et Jean renaud « Grignon, de l’Institution Royale… à l’INA-PG – Deux siècles d’agronomie » paru chez Editagro en 1995.