Georges Cuvier

Les Scientifiques à Grignon

De nombreux et éminents scientifiques sont venus dans la falunière de Grignon. En voici quelques uns, leur nom est suivi de la date de parution des descriptions de fossiles qu’ils ont découverts à Grignon .

Solander 1766 , Bruguière 1792, Lamarck 1801 à 1818, Defrance 1816 à 1823, Deshayes 1824 à 1865, Michelin 1828, Caillat 1835, D’Orbigny 1850, Bayan 1870  et 1873, De Boury 1883 et 1899, Cossmann 1885 à 1913, De Raincourt 1885, Grabau 1904, Pezant 1909

Sans oublier Cuvier et Brongniart qui y ont également travaillé dès 1802.

Jean Baptiste Lamarck
Jean Baptiste      Lamarck

Jean-Baptiste, Pierre Antoine de Monte, Chevalier de Lamarck (1744-1829)

Jean Baptiste Lamarck étudie la médecine et la botanique. Grâce à l’appui de Buffon il entre à l’Académie et occupe différents postes au Jardin du Roi. Après la révolution il devient professeur de zoologie au Muséum: chargé de l’étude des insectes et des vers il les baptise « invertébrés » et établit une méthode de classification qui sera adoptée par tous les naturalistes.

Il s’intéresse aussi à la paléontologie. Dans ses « Mémoires sur les fossiles des environs de Paris » il fait connaître 500 espèces fossiles du tertiaire et met en évidence une trentaine d’espèces dont le rapprochement avec des espèces vivantes est indiscutable, concluant à la complexification de la vie et à la transformation continue des espèces au cours du temps.

Le Transformisme part du postulat, aujourd’hui démontré, que des espèces voisines doivent avoir une même origine. Issues d’une même souche, elles ont peu à peu divergé dans le temps. En revanche l’explication qu’il donne de cette évolution: « la fonction crée l’organe » n’est pas satisfaisante. Le milieu impose un certain comportement qui influence une fonction : celle-ci développe l’organe.

C’est la  » chaîne Lamarckienne » : le vivant est « activement » modelé par les conditions écologiques. Les modifications acquises sont ensuite conservées par la descendance.

C’est dans un climat de scandale, (un géologue n’a t-il pas écrit que les idées de Lamarck était une « Spéculation barbare et absurde »), que le Transformisme finit par s’imposer.

Le scandale atteindra son comble lors de la publication de l’ouvrage de Darwin “ L’Origine des Espèces ”.

  cerithium giganteum - velin de Lamarck

Velin n°12/52  – Cerithium giganteum —  que Lamarck fit réaliser par le peintre Oudinot à partir de la collection de fossiles de Grignon appartenant à J.Defrance – collection MNHN.

 

 

Georges Cuvier
Georges Cuvier

Georges CUVIER (1769-1832)

Georges Cuvier prit goût à l’histoire naturelle en recopiant pour son plaisir les illustrations de Buffon. A 26 ans il est le plus jeune membre de  l’Académie des Sciences. Professeur au Collège de France, puis au Muséum, ses observations sur les groupes d’animaux les plus divers l’amène à formuler les principes anatomiques.

Il fut le premier naturaliste capable de noter les corrélations unissant entre eux divers organes d’un même être et d’établir les correspondances d’organes d’un être à l’autre. Cette méthode comparative, appliquée au squelette allait permettre de reconstituer les vertébrés disparus.es fondamentaux et à fonder l’anatomie comparée.

Il apparaît comme le fondateur de l’anatomie comparée et la Paléontologie des vertébrés devint une véritable science.

Mais s’il fut le premier à reconnaître la parenté entre les espèces vivantes, pour Cuvier les espèces sont immuables et leur apparition unique et spontanée, ce qui revient à nier l’évolution, d’où le nom de Théorie de la Préformation et Fixiste. Cette théorie coïncidait avec le discours Biblique en vigueur à l’époque et la thèse du Déluge : d’ailleurs l’un des disciples de Cuvier, Louis Agassiz (Paléontologue né en Suisse et installé aux Etats Unis) considérait même le monde vivant comme la réalisation d’un plan divin. et disparues, il en nia toujours la filiation directe et expliqua les disparitions par des remaniements géologiques et une succession de grandes catastrophes.

Paradoxalement, les travaux de Cuvier vont servir de base aux théories Transformistes qui allaient s’imposer avec Lamarck en dépit de la violente opposition de Cuvier et de l’Université britannique dominée par le Catastrophisme.

Cuvier est à l’origine de l’appellation « jurassique » pour définir une période de l’ère mésozoïque. Il est le créateur avec Brongniart de, ce qui semble bien être, la première carte géologique du Bassin Parisien:

Géognosie des terrains de Paris; Coupe de Grignon à Paris par Cuvier et Brongniart - 1810. En rose, la craie ; en rouge, l'argile plastique et le sable ; en jaune, le calcaire marin grossier et à cérithes.

« Géognosie des terrains de Paris »: coupe de Grignon à Paris parue en 1811 dans « Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris » par Cuvier et Brongniart. En rose, la craie ; en rouge, l’argile plastique et le sable ; en jaune, le calcaire marin grossier et à cérithes.

 

Le Congrès International de Géologie

Le 22 août 1900, lors du VIIIème Congrès International de Géologie qui s’est tenu à Paris dans le cadre de l’Exposition Universelle, plus de 70 éminents géologues sont allés en excursion à Grignon sous la conduite de Stanislas Meunier – titulaire de la chaire de Géologie au MNHN de 1892 à 1920, Maître de conférences de géologie, à Grignon- pour récolter des fossiles et étudier le site. L’arrivée se fit par le train à la Gare de Plaisir-Grignon construite pour l’occasion.

Visite des membres du Congrès Géologique en 1900 à la Falunière du Parc de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon. Photo S.Meunier 1912.
Visite des membres du Congrès Géologique en 1900 à la Falunière du Parc de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon. Photo S.Meunier.

On peut lire sous la plume de Stanislas Meunier le compte rendu de ce Congrès paru dans les Annales de Grignon en 1901 ou cette autre version paru dans le Cahier des Naturalistes de 1902 .

.

Les travaux (du congrès) ont consisté en séances dans lesquelles on a échangé des idées, des projets et des résultats de travaux et aussi en excursions où l’on a été étudier des gisements spécialement dignes d’intérêt. Chargé de diriger l’une de ces promenades, j’ai choisi la localité de Grignon qui remplit, en effet, toutes les conditions requises. Il n’y a, comme on sait, aucune exagération à dire que le parc de Grignon est illustre dans le monde entier à cause de son incomparable gisement de fossiles appartement aux niveaux inférieur et moyen du calcaire grossier. Et l’on peut constater la célébrité du lieu rien qu’au nombre de mes compagnons de promenade qui dépassait 70 et à leur qualité qui comprend les maîtres de la science dans les pays les plus divers….

….On aurait du reste pu conclure le succès de la journée du volume seul des collections recueillies par les excursionnistes, et il est agréable de penser qu’à l’heure actuelle, des milliers de coquilles, prises en même temps dans les gisements grignonnais, se sont dispersées dans les Musées géologiques et paléontologiques du monde entier.

Stanislas Meunier – Cahier des naturalistes de 1902

…………………………………………………