Tous les articles par administrateur

C’est une charmante compagnie que les géologues…

 

« Assis sur mon granit, je me livrais à de rancunières réflexions sur l’hypocrite tyrannie des pères, que seconde souvent si mal à propos la soumission par trop angélique des filles. Dans ce moment vint à passer une autre caravane à laquelle je me joignis faute de mieux, et aussi pour combattre par la distraction les blessures du sentiment.

Cette caravane se composait de trois messieurs à pied et d’un mulet chargé de pierres. Ces messieurs étaient des géologues. C’est une charmante compagnie que les géologues, mais pour les géologues surtout. Leur manière est de s’arrêter à tout caillou, de pronostiquer à chaque couche de terre. Ils cassent les cailloux pour en emporter ; ils égratignent les couches pour faire un système à chaque fois : c’est fort long. Ils ne sont pas sans imagination, mais cette imagination a pour domaine le fond des mers, les entrailles de la terre ; elle s’éteint dès qu’elle arrive à la surface. Montrez-leur une cime superbe : c’est une soufflure ; un ravin rempli de glaces : ils y voient l’action du feu ; une forêt : ce n’est plus leur affaire. A mi-chemin de Vallorcine, un mauvais éclat de rocher sur lequel je me reposais mit mes trois géologues en émoi : il fallut me lever bien vite et leur abandonner mon siège. Pendant qu’ils le mettaient en pièces, je m’éloignai tout doucement et ils me perdirent de vue. Sic me servavit Apollo (Ainsi m’a sauvé Apollon, ndlr).

Toutefois, s’il m’arrive d’éviter le géologue, j’aime en tout temps la géologie. L’hiver surtout, au coin du feu, qu’il est charmant d’entendre raisonner sur la formation de ces belles montagnes que l’on a visitées durant les beaux jours, sur le déluge et sur les volcans, sur la grande débâcle et sur les soufflures, sur les fossiles surtout ! Quand on en est aux fossiles, je ne manque jamais d’introduire dans l’entretien le grand Mastodonte de je ne sais qui ; ou le Megalosaurus de Cuvier : c’est un grand lézard de cent vingt pieds de long, dont nous n’avons plus que les os moins la peau. Mais figurez-vous donc cette bête royale se promenant au travers de l’ancien monde, et nourrissant sa petite famille d’éléphants en guise de moucherons ! Vivent les pittoresques ! ils propagent, ils popularisent la science : c’est là que j’ai appris toute ma géologie.

Au surplus, même sans les pittoresques, qui n’est un peu géologue ? Qui ne se demande, à la vue des accidents ou des merveilles qu’étale une montagneuse contrée, comment se sont ouverts ou creusés ces abîmes ; comment ces cimes se sont élevées dans les cieux ; pourquoi ces pentes douces et pourquoi ces rocs tourmentés ; d’où viennent ces colosses de granit qui pèsent sur la plaine, ou ces dépouilles marines enfouies aux montagnes ? Ces questions sont de la géologie pure, à la fois élémentaire et transcendante : les géologues ne s’en adressent pas d’autres ; bien plus, sur la façon de les résoudre ils ne sont jamais d’accord : c’est l’eau, c’est le feu, c’est l’érosion, c’est la soufflure. Partout des systèmes et nulle part des vérités ; beaucoup d’ouvriers, point d’experts ; des prêtres, et point de Dieu ; en telle sorte que chacun peut approcher son hypothèse de la flamme de l’autel, et dire en la voyant flamber : « Fumée pour fumée, la mienne, monsieur, vaut la vôtre. »

Et c’est précisément par là que j’aime cette science. Elle est infinie, vague, comme toute poésie. Comme toute poésie, elle sonde des mystères, elle s’y abreuve, elle y flotte sans y périr. Elle ne lève pas les voiles, mais elle les agite, et, par de fortuites trouées, quelques rayons se font jour qui éblouissent le regard. Au lieu d’appeler à son aide les laborieux secours de l’entendement, elle prend l’imagination pour compagne, et elle l’entraine dans les profondeurs ténébreuses de la terre, ou bien, rebroussant avec elle jusqu’aux premiers jours du monde, elle la promène sur de jeunes et verdoyants continents, tout fraichement enclos du chaos, tout brillants de leur primitive parure, et que foulent ces races perdues, mais dont les gigantesques débris nous révèlent aujourd’hui l’existence. Si elle n’arrive pas à un terme, en y tendant elle parcourt une route attrayante ; si elle divague ou déraisonne sur les causes secondes, sans cesse et de toutes parts, et en vertu de son impuissance même, elle nous met face à face avec la cause première : et c’est pour cela que, toujours aimée, toujours cultivée, cette science est aussi antique que l’homme.

La Genèse en est le plus vieux et le plus sublime traité, et, chez le peuple poète par excellence, chez les Grecs, les théogonies, les cosmogonies abondent dès le premier âge ; dès lors, comme aujourd’hui, les Vulcaniens, les Neptuniens s’y disputent, non pas, à la vérité́, les suffrages du monde savant, mais l’admiration naïve, l’oisive curiosité́, le poétique sentiment d’une foule intelligente et crédule. » Rodolphe Töpffer – La vallée de Trient‘. 

Cette nouvelle La vallée de Trient est parue en 1841 dans l’ouvrage ‘Nouvelles genevoises’. Trient est une commune du Valais suisse, située à 15 km d’Argentière Chamonix-Mont-Blanc. 

Microfossiles de la falunière

"Il y a quelque temps déjà, nous avons préparé, avec Jean-Michel et Hervé, une séance consacrée à la micropaléontologie. L’idée de base était de montrer les petits éléments indéterminés (incertae sedis) de nos collections afin, nous l’espérions, de faire la lumière sur certains d’entre eux. Cependant, au fil de nos discussions, nous avons décidé d'élargir le champ de notre présentation en offrant un panorama plus exhaustif de la diversité des microfossiles présents à Grignon.

Suite à cette réunion, dédiée à ce que nous avions appelé de manière informelle les « micro-curiosités », et grâce aux échanges ainsi qu'aux recherches qui ont suivi, nous avons réussi à identifier une partie des éléments que nous avions présentés ce jour-là. Malgré ces avancées, un certain nombre d'éléments demeurent des 'Incertae sedis', étant toujours indéterminés à ce jour." Delphin

Voici donc ci-dessous le bilan de cette séance du 11 décembre 2021.

Les microfossiles présentés proviennent de la falunière de Grignon. Ils ont été sélectionnés et photographiés par Jean-Michel, Hervé et Delphin.

                                Sommaire

** Bryozoa ** Foraminifera ** Mollusca ** Dasycladaceae ** Echinidae ** Porifera  ** Serpulidae  ** Incertae sedis
  • Bryozoa

Les bryozoaires sont de minuscules animaux marins vivant en colonies, fixés sur des substrats durs. Chaque individu (zoïde) est composé d’un exosquelette calcifié.

1.  cf Hornera crispa DEFRANCE, 1821. 9mm. 2.  Bryozoa indéterminé sur support. 0,6mm. 3-4-6.  cf Crisia ind. (3. 1mm ; 4. 1,6mm ; 6. 1,9mm).  5.  cf Crisia ind. ; cf Porella ind. ; cf Schizoporella ind. 1,7mm.

                                                                        Lire l’intégralité de l’article

La série de planches photos des microfossiles est associée à la collection de la falunière.

Sortie à Bruxelles

Prévue initialement les 25 et 26 avril…2020 et déprogrammée suite Covid, cette sortie organisée par Michèle a finalement eu lieu les 23 et 24 mars 2024.

La précédente sortie du Club à Bruxelles a eu lieu le 11 décembre 2004. Le CR de cette sortie.

Michèle, Hélène, Anne, Marcel, Vincent et Jacques ont pu découvrir le samedi les facettes Art Nouveau de Bruxelles* en compagnie de Béatrice, amie d’Hélène (visite de la Maison de Victor Horta, architecte belge (1861-1947), visite de la maison de Marie Debard (1857-1926) et d’Édouard Hannon (1853-1931) et puis déambulation dans les rues de Bruxelles pour découvrir d’autres facades de maisons Art Nouveau) et le dimanche visiter l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique** en compagnie de Jean-Michel Bragard, médiateur scientifique. 

À Bruxelles, l’Art Nouveau a connu un épanouissement particulier grâce à l’influence de plusieurs architectes et artistes visionnaires. Le plus célèbre d’entre eux est sans doute Victor Horta, considéré comme le pionnier de l’Art Nouveau en Belgique. Horta a conçu plusieurs bâtiments emblématiques à Bruxelles, notamment sa maison « Horta » (1898–1901), qui est désormais inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses œuvres se distinguent par leur utilisation novatrice du fer forgé, du verre et d’autres matériaux, ainsi que par leurs formes organiques et leurs lignes fluides. Intégralité de l’article.

Nommer les coquilles aux XVIᵉ, XVIIᵉ et XVIIIᵉ siècles

Au cours des XVI, XVIIet XVIIIsiècles, les fossiles au sens actuel du terme, passent progressivement d’un statut de curiosités de la nature au statut d’objet d’étude sérieux par les naturalistes, jetant ainsi les bases de la paléontologie moderne. Les naturalistes et les collectionneurs de curiosités ont été confrontés au défi de nommer les organismes marins  vivants ou fossiles qu’ils découvraient et collectionnaient.

 

Tout d’abord un mot de vocabulaire donné par Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) naturaliste, collaborateur de l’Encyclopédie, grand amateur de Cabinets de Curiosités, grand voyageur et correspondant de nombreux savants et ‘curieux’ d’Europe : 

 

"Tous ces mots de Concha, de Testa & d'Ostreum se rendent en françois par celui de Coquillages, qui ne doit être employé que pour exprimer le Poisson renfermé dans son écaille. Il sert à présenter également l'idée de l'un & de l'autre. Quand il n'est question que de l'écaille sans le poisson, le mot de Coquille convient mieux ; ainsi l'on employera dans ce traité le terme de Coquillage quand on parlera du Poisson & de son écaille conjointement, & celui de Coquille, lorsqu'il ne s'agira que de l'écaillé." Lithologie et Conchyliologie (1742)

Termes génériques pour désigner les fossiles, au sens actuel du terme, du XVI siècle à la fin du XVIIIᵉ siècle 

A la Renaissance la dénomination ‘fossiles’ servait à désigner tous les objets tirés du sol « les matières pour lesquelles recouvrer faut creuser la terre » (Bernard Palissy,  1580). L’appellation ‘pétrifications’ est utilisée par les naturalistes pour décrire la transformation de la matière organique en pierre ou en substance minérale. Ces naturalistes pensaient que les ‘fossiles’ ressemblant à des coquilles actuelles étaient d’origine organique.  

« En effet on déterre d’assez nombreuses coquilles, en partie déjà pétrifiées, en partie encore restées à l’état de vrais coquilles tendres non encore transformées : ce qui montre qu’un temps elles furent des coquilles réelles » Frascatoro, 1517 
« Si tu avais bien considéré le grand nombre de coquilles pétrifiées qui se trouvent en la terre… » Bernard Palissy , Discours admirables de la nature des eaux …, 1580


                                                                                                           Article complet 

Sortie à Bruxelles les 23 et 24 mars

Nous venons de recevoir la réponse du Muséum de Bruxelles. Nous vous confirmons la sortie qui vous avait été annoncée par Michelle Thémelin. Nous vous demandons d’essayer de nous répondre concernant votre inscription par retour de mail car la sncf offre des promotions sur les billets de train pour un achat jusqu’au 22 janvier, puis de lancer vos achats de billets et de nous confirmer vos horaires et prix.

Le club vous propose une sortie à Bruxelles les samedi 23 et dimanche 24 mars 2024 et vous invite à y participer. L’organisatrice de ce séjour est Michèle miteme@sfr.fr pour toutes informations complémentaires.

Programme :

samedi après midi : découverte du riche patrimoine ‘ART NOUVEAU ´de Bruxelles ou visite libre de Bruxelles (musée de la BD dans un bâtiment ART NOUVEAU ‌http://www.cbbd.be/fr/expositions/les-expositions-permanentes/l-invention-de-la-bande-dessinee‌ ou la fondation Jacques Brel ‌http://fondationbrel.be/maintenance/‌)
dimanche matin à partir de 10h et après midi à 14h : visite guidée du Muséum d’histoire naturelle de Bruxelles et de ses collections de minéralogie et de paléontologie dont les célèbres iguanodons de Bernissart…

Propositions pour le transport et l’hébergement :

Transport : Samedi 23 : Train Eurostar aller direct Paris gare du nord/Bruxelles gare du midi à privilégier 8h54/10h19. Actuellement, et ce jusqu’au 22 janvier, une promotion est proposée sur ce trajet à 29€ pour des trajets jusqu’au 27 mars. tarif habituel 49€ Dimanche 24 : Train retour possible 19h43/21h05
Hébergement : Ibis Hôtel Brussels Centre Gare du Midi Rue d’Angleterre 2 – 20, Saint-Gilles, 1060 Bruxelles, Belgique – Très bon emplacement – voir la carte – Proche du métro – Pratique pour y déposer ses bagages en arrivant. 122€ chambre pour 2 http://www.booking.com/hotel/be/ibisgaremidi
> Il vous appartiendra d’organiser vous-même votre transport et votre hébergement

Contribution du club par adhérent participant : prise en charge du transport AR Paris-Bruxelles (train, bus ou voiture) sur présentation du justificatif de paiement par remboursement après la sortie. Prise en charge du ticket d’entrée du musée. Cette prise en charge sera limitée à 120 Euros par inscrit.

> Reste à la charge des participants : hébergement, repas, transport éventuel intra Bruxelles, visite art Nouveau (programme et coût non défini à ce jour).
Si vous êtes intéressés par cette sortie, merci de vous inscrire dès maintenant par réponse sur le mail du club.
 
Cordialement, le Conseil d’administration du Club

 

Les vœux du Conseil d’Administration

Bonjour à tous,
 
Notre prochaine Assemblée Générale aura lieu le samedi 30 mars 2024, au pigeonnier de Grignon, à 10h00.
L’AG sera suivie d’un buffet convivial sur place. 
Réservez la date dans vos agendas !
 
Cette AG 2024 fera le bilan de nos activités en 2023 pour nos sections « Paléo » et « Atelier ». 
Elle sera aussi l’occasion de faire le point sur les solutions envisagées pour résoudre nos difficultés d’hébergement.
 
L’AG sera suivie de l’élection du Conseil d’Administration du club. 
=> N’hésitez pas à vous porter volontaire pour prendre la responsabilité d’une activité.
Le club ne vit que grâce aux activités bénévoles de ses membres, et chaque contribution est précieuse ! 
Même des tâches assez légères nous aident à faire vivre le club (par exemple : recensement des matériels d’une section, recensement de nos collections, mise à jour de la liste des adhérents, relations avec les adhérents, magasinage de nos équipements, etc., etc.)
 
Par ailleurs, la recherche de locaux pour chacune des deux sections, ou pour les deux ensembles, 
la recherche de capacité de stockage pour tout ou partie de nos matériels et équipements, 
la recherche de salles de réunion, 
ou la recherche de partenaires pouvant abriter certaines de nos activités, 
sont actuellement nos priorités pour assurer la survie du club au-delà de cette année. 
 
Merci à vous tous de prospecter autour de vous afin de nous aider à trouver des solutions qui assureront la pérennité de notre club. 
A ce jour, nous n’avons de solution pérenne ni pour la section Atelier à Paris, ni pour la section Paléo à Grignon. 
 
Comptant tous sur votre mobilisation pour cette année 2024, qui sera décisive pour la survie de notre belle association, le Conseil d’Administration du Club Géologique Île-de-France souhaite à tous ses adhérents, et à leur famille, une excellente année 2024  !
 
Amicalement, 
 
Le Conseil d’Administration du Club Géologique île de France 
 

Recherche de locaux

Il y a « périls en nos demeures » :
  • Expulsé de son local parisien actuel avant mi-2024, le Club recherche activement un local à Paris. Courrier envoyé le 12 déc. 2023 à la Commission d’attribution de locaux associatifs de la Ville de Paris ici.
  • Dans la perspective d’être également expulsé de son local/pigeonnier à Grignon, un dossier de présentation du Club à Grignon est disponible ici.
     

Atelier…boucles d’oreilles

Dégotée par Daniel dans les entrailles de l’atelier, une caisse de fossiles, dont la provenance n’est pas spécifiée, a échauffé les imaginations. 

Il s’agit essentiellement de Potamides tricarinatum, Batillaria pleurotomoïdes, Ampullina parisiensis, Potamides cordieri, Pugilina subcarinata, Cantharus polygona, qui ressemblent fortement à la faune de La Chapelle/Plailly en Serval (Oise) ; donc sans doute des fossiles du Marinésien, sous-étage du Bartonien.

DEPUIS QUAND L’HUMAIN SE « FAIT-IL BEAU » ?

L’idée a rapidement germé de reproduire les coutumes d’Homo sapiens qui depuis au moins 150000 ans à utilisé des coquillages pour s’en faire des parures : l’utilisation des coquillages comme parures dans les temps préhistoriques témoigne de la créativité artistique et de l’importance culturelle des populations anciennes. Ces parures en coquillages étaient non seulement des ornements esthétiques, mais aussi des objets chargés de sens et de symbolisme au sein de leurs sociétés.

L’utilisation des coquillages comme parures n’était pas limitée à une seule période préhistorique, mais a persisté à travers différentes cultures et époques, parfois même jusqu’à nos jours… 

…Avec la perceuse et mèche ultra-fine apportée par Michel, et les attaches et agrafes par Mégane, la fabrication a pu commencer : choix des plus belles et plus robustes coquilles, opération de perçage au niveau des labres puis montage et essai.

Les premières évocations des fossiles du bassin parisien

Athleta (volutospina) spinosus (Linnaeus, 1758) – Présentation actuelle (2023) au MNHN, galerie de Paléontologie

Les fossiles du bassin parisien ont depuis le Paléolithique été reconnus par les hommes pour leur qualité décorative et utilisés comme objet de parure (voir article rencontres géosciences de D.Merle).

Les archéologues ont découvert que nos ancêtres avaient déjà une relation privilégiée avec les coquillages fossiles ou non. Outre la collecte pour leur consommation et leur échange, il est attesté que depuis 100 000 ans les hommes utilisent les coquillages pour confectionner des parures et pour accompagner les rites funéraires. 

Objets de parure découverts dans le niveau IV40, l’Habitat n°1, IV213 et IV20 de Pincevent. 1-2 et 24-50 : Crommium sp., 3-4 : Rhinoclavis sp. , 5 : Capulus sp., 6 : Athleta sp., 7 : Battillaria pleurotomoides, 8 : Potamides angulosus, 9 et 56: Turritella oppenheimi, 10 : spire interne de gastéropode, 11 : piquant d’oursin, 12 et 55 : dent de requin, 13 : moule de ver, 14 ammonite, 15 : bélemnite, 16 : galet perforé, 17 : galet en cours de perforation, 18-23 : incisive de renne sciée, 51-52 : Ancillarina buccinoides, 53 : Olivella sp., 54 : Natica cepacea, 57-58 : perle en lignite, 59 : Dentalium spLe site préhistorique de Pincevent (La Grande Paroisse, Seine-et-Marne) dans la vallée de la Seine est le plus grand gisement magdalénien découvert en Europe. Il a livré les vestiges d’un campement magdalénien saisonnier de chasseurs de rennes datant d’environ 12 300 ans. Des parures à base de fossiles de l’éocène y ont été découvertes. L’analyse en est faite par Marian Vanhaeren dans un article publié sur le site Persée : « La parure, de sa production à l’image de soi – Un dernier hiver à Pincevent, les Magdaléniens du niveau IV0″.

Depuis au moins l’antiquité romaine, les pierres à bâtir en Île-de-France sont intensivement extraites dans des carrières du calcaire grossier parisien (Oise, Paris et ses environs immédiats) : ces roches sédimentaires carbonatées contenues dans cette couche sont très indurées, homogènes et coquillières. Elles renferment de nombreuses coquilles fossiles datant du Lutétien, dont les plus caractéristiques sont de grands foraminifères marins, les nummulites.  

On trouve trace de la première évocation des fossiles du bassin parisien dans la littérature à partir du XIIIe siècle : sous la plume d’Albert le Grand, ils apparaissent en tant qu’éléments organiques provenant d’animaux disparus. 

  • Albert le Grand

Albert le Grand (1200-dominicain, enseignant imprégné d’Aristote et d’Avicenne. Egalement naturaliste, il accorde une grande importance à l’expérience et à l’observation systématique et objective. Un brachiopode fossile Albasphe albertimagni [1] lui a été dédié. Concernant l’origine des fossiles on peut découvrir dans le texte De causis proprietatum elementorum(Des propriétés des éléments) les notions de transgression et régression marine ainsi qu’une des premières évocations des fossiles du bassin de Paris : « Nous trouvons une preuve de tout cela (le recul de la mer) dans les restes d’animaux aquatiques (…) ; l’eau sans doute les y a amenés avec le limon gluant qui les enveloppait ; le froid et la sécheresse de la pierre les ont ensuite préservés d’une putréfaction totale. On trouve une très forte preuve de ce genre dans les pierres de Paris, en lesquelles on rencontre très fréquemment des coquilles, les unes rondes, les autres en forme de croissant de Lune, les autre encore bombées en forme d’écaille de tortue. »

Ce texte n’est pas sans rappeler celui de Strabon, géographe et historien grec (v.  ap. J.-C.) dans lequel il relate son voyage en Egypte (v. 25 : « A 40 stades au delà de Memphis, règne une côte montagneuse sur laquelle se dressent plusieurs pyramides, qui sont autant de sépultures royales. Trois de ces pyramides sont particulièrement remarquables…En visitant les pyramides, nous avons observé un fait extraordinaire et qui nous a paru mériter de ne pas être passé sous silence. Il s’agit de gros tas d’éclats de pierre qui couvrent le sol en avant des pyramides et dans lesquels on n’a qu’à fouiller pour trouver de petites pétrifications ayant la forme et la dimension d’une lentille [2] et reposant parfois sur un lit de débris [également pétrifiés] assez semblables … On prétend que ces pétrifications sont les restes des repas des ouvriers qui ont élevé les pyramides, mais la chose n’est guère vraisemblable. Il existe en effet dans une des plaines de notre pays une colline allongée, remplie, comme celle-ci, de fragments de tuf siliceux qui ont aussi cette configuration lenticulaire. » Strabon Géographie Livre XVII, I – 34 Traduction Amédée Tardieu  (1880) sur le site Remacle.org. 

[1] Albasphe albertimagni est un nouveau brachiopode qui possède un septum dorsal avec une cavité intra-septale et des crêtes submarginales dorsales, deux caractéristiques en commun avec Aalenian Zellania Moore, 1855 dont il diffère en l’absence du septum ventral et des crêtes submarginale ventrales. « Unusual brachiopod fauna from the Middle Triassic algal meadows of Mt. Svilaja (Outer Dinarides, Croatia) » 2015 by Adam T. HalamskiMaria Aleksandra BitnerAndrzej KaimTea Kolar-JurkovšekBogdan Jurkovšek.

« Les unes rondes, les autres en forme de croissant de Lune, les autres encore bombées en forme d’écaille de tortue… » : reconnaître dans ces descriptions les différents foraminifères (nummulites, milioles, orbitolites …) présents en grande quantité dans le calcaire grossier lutétien d’Île-de-France .

[2] Ces « lentilles » sont en fait des foraminifères extraits de carrières à nummulites d’âge lutétien et appartenant à une espèce particulières Nummulites gizehensis (Forskall, 1775) 

                                                                  Lire la suite 

Décès de Jacques Géraud, ancien président du club

 

Jacques Géraud,  Chevalier de l’ordre national du Mérite, Directeur départemental honoraire de la Poste, ancien président du club de 1980 à 2002 est décédé le 17 octobre 2023 à l’âge de 92 ans.

Photo ci-contre : Jacques Géraud prononçant le 26 octobre 1988 dans la salle du Palais de la Découverte à Paris le discours d’inauguration de l’exposition ‘Une terre des hommes’ parrainée par Jean Pierre Roucan (MNHN).

 

Le club géologique Île-de-France adresse ses sincères condoléances à sa famille.

Pour ton énergie et ton dynamisme au service de l’animation du Club qui a permis, sous ta présidence, une sorte ‘d’âge d’or’ dans la vie du Club (nombre d’adhérents, organisation de très nombreuses expositions prestigieuses et sorties terrain qui remportèrent un franc succès), pour le legs de tes collections au Club, merci Jacques !